VOTE | 602 fans

Esprits Criminels
#102 : Par feu et par flammes

Scénariste : Jeff Davis
Réalisateur : Charles Haid

Un incendiaire sévit sur le campus de Bradshaw. Lorsque les feux deviennent mortels, l'unité d'élite est sollicitée pour aider à neutraliser le pyromane. Celle-ci a du mal à déterminer un profil jusqu'au moment où Reid se met à "sortir des sentiers battus" et réussit à trouver les motivations du criminel. Les membres du département d'étude du comportement parviendront-ils à arrêter le coupable et restaurer la paix dans cette université ?

> En plus : les photos promotionnelles

Popularité


4.56 - 16 votes

Titre VO
Compulsion

Titre VF
Par feu et par flammes

Première diffusion
28.09.2005

Première diffusion en France
28.06.2006

Vidéos

Criminal Minds - 1x02 - statistics on arsonists

Criminal Minds - 1x02 - statistics on arsonists

  

Criminal Minds - 1x02 - motives of arsonists

Criminal Minds - 1x02 - motives of arsonists

  

Criminal Minds - 1x02 - frontal part of the brain

Criminal Minds - 1x02 - frontal part of the brain

  

Criminal Minds - 1x02 - pyromania as a mental disorder

Criminal Minds - 1x02 - pyromania as a mental disorder

  

Criminal Minds - 1x02 - Garcia/Morgan - Night Earnt

Criminal Minds - 1x02 - Garcia/Morgan - Night Earnt

  

Criminal Minds - Season 1, Episode 2 (1x02)

Criminal Minds - Season 1, Episode 2 (1x02)

  

Criminal Minds - 1x02 - extreme manifestation of ocd

Criminal Minds - 1x02 - extreme manifestation of ocd

  

Criminal Minds - 1x02 - reid doing the talking

Criminal Minds - 1x02 - reid doing the talking

  

Criminal Minds - 1x02 - Garcia/Morgan - Miracle Working

Criminal Minds - 1x02 - Garcia/Morgan - Miracle Working

  

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 28.09.2005 à 21:00
10.57m

Plus de détails

N°002

Acteurs principaux présents dans l'épisode :
   - Mandy Patinkin ... Jason Gideon
   - Thomas Gibson ... Aaron Hotchner
   - Matthew Gray Gubler ... Spencer Reid
   - Shemar Moore ... Derek Morgan
   - Lola Glaudini ... Elle Greenaway
   -
A.J. Cook ... Jennifer Jarreau

Acteurs secondaires et invités dans l'épisode :
   - Jennifer Hall ... Clara
   - Bob Jesser ... Professeur Wallace
   - Evan Lee Dahl ... Jeremy
   - Sage Mears ... 1er Étudiant
   - Kristen Caldwell ... 2e Étudiant
   - Rolando Millet ... Garde de sécurité du campus
   - Lukas Haas ... Caissier de la station-service

Station service – Dumfries – Jour

Gideon est devant un caissier qui pointe vers lui un fusil à pompes.

Caissier : Le flingue. S… S… So… Sortez votre flingue.

Gideon sort l’arme de son étui et le garde en main.

Caissier : Jetez-le.

Gideon : Oui, mais dans quelle direction ?

Gideon tourne la tête vers le caissier qui donne un coup avec le manche de son fusil à pompes dans la jambe de Gideon. Ce dernier tombe à terre et lâche son arme.

 

Boutique de la station service – Dumfries – Jour

Le caissier plaque Gideon contre un mur.

Caissier : Vous… Vous… Vous… Vous… Vous… Vous… Vous êtes qui ?

Gideon souffle.

Caissier : Vous êtes qui ?!

Gideon : FBI.

Caissier : Sor… Sor… Sor… Sor… Sor… Sortez votre… votre… votre… votre portefeuille.

Gideon sort son portefeuille de sa poche arrière et le tend au caissier qui le prend et regarde. Il le jette ensuite à terre, énervé. Il s’avance vers Gideon, pointant toujours son arme vers lui.

Caissier : Qu’est-ce… Qu’est-ce… Qu’est-ce… Qu’est-ce que vous… Qu’est-ce que vous… Qu’est-ce que vous savez ?

Gideon : A propos de vous ? Ou à propos des gens que vous avez assassinés ? Sur vous, je sais pas mal de choses. Je sais comment vous faites. Et, je sais que vous arrêterez pas. Et, je connais un petit détail que personne n’a jamais pu vous expliquer. Je sais pourquoi vous bégayez.

Le caissier réagit.

 

Bureau de Gideon – BAU – Quantico - Jour

Gideon est assis, avec devant lui trois cadets, à qui il raconte l’histoire.

Femme : A aucun moment, vous n’avez eu peur qu’il vous tire dessus ?

Gideon : J’avais très peur, bien sûr.

Homme : Mais, comment vous l’avez retrouvé ?

Gideon : Je m’étais arrêté pour faire le plein. En entrant dans la station, j’ai reconnu les éléments d’un profil que j’avais établi pour la police de Virginie. Un jeune homme débrayé, un bégayement prononcé, une vieille voiture. James Reese a dit un jour : « Sur les lieux d’un crime, il y a des éléments qui, de par leur nature, ne pourront jamais être répertoriés ou examinés. » Des éléments comme l’amour, la rage, la haine et la peur. C’est des choses qu’on apprend à la longue.

Homme : N’importe qui aurait simplement vu un type qui bégaye. Mais, vous, vous avez reconnu un criminel en série.

Elle arrive à la porte et écoute Gideon.

Gideon : C’est vrai. Mais, parfois, il nous arrive de retrouver un criminel sur un simple coup de bol. Berkowitz s’est fait attrapé à cause d’une contravention.

Elle : Oui, mais l’agent qui l’a arrêté n’avait pas un fusil de chasse braqué sur lui.

Gideon : Oui, c’est vrai. Et, cet entretien est terminé, je vous remercie.

Femme : Merci monsieur.

Gideon : Je vous en prie.

Les trois jeunes cadets s’en vont, tandis qu’Elle entre et s’assied en face de Gideon.

Elle : Simple curiosité. Pourquoi il bégayait ?

Gideon : Vous allez bientôt faire partie du département d’analyse du comportement. C’est à vous de répondre.

 

Salle des bureaux – BAU – Quantico - Jour

Gideon traverse la salle et rejoint Reid à son bureau. Il bouge un pion sur son échiquier.

Gideon : Echec. Mate en trois coups.

Gideon s’éloigne, laissant Reid surprise.

Reid : Quoi ?

Morgan : T’arriveras à le battre quand t’auras appris.

Reid : Appris quoi ?

Morgan : A sortir des sentiers battus.

Elle arrive.

Elle : Une question, messieurs.

Morgan : Envoie.

Elle : Le bandit de grands chemins, pourquoi est-ce qu’il bégayait ?

Morgan : On a tous demandé à Gideon, on n’a pas eu de réponse. Il veut qu’on trouve nous-mêmes.

Elle : Bon, d’accord. Je suis prête à relever le défi.

JJ arrive avec des dossiers en main.

JJ : C’est bien. Parce que ces dossiers sont pour vous. Agent spécial Jennifer Jareau, JJ si vous voulez.

Les deux filles se serrent la main.

Elle : Elle.

JJ : Greenaway. Recordwoman des affaires élucidées à Seattle 3 années de suite, spécialisée dans les délinquants sexuels.

Elle : Pas mal.

JJ : Bien. J’assure la liaison entre les services. Je m’occupe surtout de régler les problèmes de bureaucratie. Vous aurez souvent affaire à moi. Ma porte est toujours ouverte. Surtout parce que je suis jamais dans mon bureau. Alors, dans ce cas, appelez-moi sur mon portable. Entendu ?

JJ s’approche de Hotch, qui vient d’arriver dans la pièce.

JJ : Vous l’avez visionné ?

Hotch : Oui. Il faut que tout le monde la voie. S’il vous plaît, rejoignez-moi en salle de conférence. J’ai quelque chose à vous montrer.

Reid, Morgan et Elle s’avancent vers la salle de conférence.

 

Salle de conférence – BAU – Quantico - Jour

Tous assis autour d’une table, les agents parcourent les dossiers

Hotch : Ça vient de Phoenix. L’université de Bradshaw situé à Tempe a eu 6 incendies en 7 mois.

Gideon : Qui a filmé ça ?

JJ : Un étudiant avec un caméscope numérique. Il filmait un incendie dans le bâtiment en face de leur chambre. L’autre personne que vous allez voir est son colocataire, Matthew Rowland. Il a 20 ans.

JJ met en route la vidéo qui montre deux jeunes étudiants filmant l’immeuble d’en face.

Etudiant : Eh, c’est pas vrai ! Eh, Matthew, viens voir ! Il y a l’immeuble d’en face qui est en train de cramer.

Matthew : Eh mec, tu filmes là ? Il y a deux étages en feu…

Etudiant : Bas-y, pousse-toi je vois rien.

Gideon : C’est lui le gosse en question ?

Hotch : Oui, c’est lui.

Etudiant : Et, on devrait appeler la sécurité, non ?

Matthew : Calme-toi, ils font sûrement un bizutage.

Etudiant : Et, c’est ça ! T’as vu la taille des flammes ?

Les deux jeunes hommes continuent de filmer quand Matthew aperçoit un fluide sous sa porte.

Matthew : C’est quoi ça ? Eh, regarde ça, viens jeter un œil !

Etudiant : C’est quoi ce truc ?

Matthew s’approche de la porte et observe de plus près.

Matthew : J’en sais rien, ça vient du couloir. Il y a quelqu’un derrière la porte ? Eh ! Quelqu’un essaie d’entrer !

Etudiant : Non, non, tu devrais pas rester devant la porte là.

Matthew : C’est bizarre. On dirait que ça commence à… on dirait de l’essence.

Etudiant : Ouais.

Matthew s’enflamme et se met à crier.

Matthew : Je suis en train de cramer ! Oh, non ! Au secours, aide-moi ! Je brûle ! Eteins le feu, je t’en supplie !

Son colocataire tente d’aider Matthew en éteignant le feu, mais sans succès.

GENERIQUE

Ciel – Jour

L’avion est en plein vol.

Gideon voix off : Einstein a dit un jour : « L’imagination est plus importante que la connaissance. Car la connaissance est limitée. Tandis que l’imagination englobe le monde entier.»

 

Avion – Jour

Morgan fait des recherches sur l’ordinateur, tandis que Reid joue aux échecs.

Reid : Il y a deux facteurs déclencheurs pour les incendiaires en série.

Elle : La perte d’un emploi. Le manque d’amour.

Morgan : Le premier incendie remonte à quand ?

Hotch : Au mois de mars. Le suivant a eu lieu en mai. Le troisième a eu lieu en septembre et 2 semaines après, il y en a eu 3 en une nuit.

Gideon : Il accélère, les dates se rapprochent.

Morgan : Reid, t’as des statistiques sur les incendiaires ?

Reid : 82% sont des blancs. Ils ont entre 17 et 27 ans. Les femmes incendiaires sont bien moins nombreuses. Leur mobile est fréquemment la vengeance.

Morgan : On dirait que notre suspect est un étudiant.

Gideon : N’en soyez pas si sûrs. A trop fonctionner par analogie, on laisse pas de place à l’imprévu. S’il est passé d’un incendie à trois en l’espace de deux semaines…

Hotch : Il monte en puissance.

Gideon : C’est qu’il a trouvé quelque chose de plus jouïssif que de brûler des immeubles. Le pouvoir sur la vie et la mort. Qui sera notre interlocuteur ?

Hotch : Ellen Turner, la doyenne de la faculté.

Morgan regarde un prospectus sur la faculté.

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe, Arizona – Jour

Deux voitures du FBI se garent devant l’université et les agents en sortent.

Gideon : Enlevez vos plaques. J’ai pas envie de faire plaisir à notre suspect en lui montrant que le gouvernement a envoyé le FBI rien que pour lui. Evitez de ressembler à des flics.

Gideon se retourne vers ses collègues.

Gideon : D’accord, c’est pas gagné.

Gideon entre dans le bâtiment. Elle, Reid, Hotch et Morgan se regardent, ne comprenant pas.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon, Hotch et Elle marchent en direction de la faculté, suivis par Mr Zhang, Reid, Elle et Morgan.

Ellen : J’aurais préféré vous rencontrer dans d’autres circonstances. Voici Mr Zhang, notre pompier en chef.

Mr Zhang : Ce matin, le département de chimie a reporté la disparition de plusieurs bouteilles d’un produit extrêmement inflammable.

Tous entrent dans l’Université.

Ellen : Je suis prête à évacuer le campus s’il le faut.

Gideon : A vous de voir.

Hotch : Ce qui peut créer d’autres problèmes.

Gideon : En faisant ça, vous risquez de faire évacuer le pyromane avec.

Elle : Et, l’affaire ne sera pas résolu. Le campus réouvrira ses portes et les incendies recommenceront.

Morgan : Attendez une seconde.

Tous s’arrêtent de marcher.

Morgan : Les produits ont disparu aujourd’hui ?

Mr Zhang acquiesce.

Morgan : J’ai lu qu’on avait provoqué le premier incendie avec du diesel qui avait disparu d’un local de la fac. L’incendie a eu lieu combien de temps après le vol ?

Ellen : Le lendemain.

Gideon fait signe à Hotch de le suivre.

Gideon : S’il procède de la même manière…

Hotch : Le prochain incendie peut avoir lieu aujourd’hui.

 

Chambre de Matthew – Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Reid entre dans la chambre pour l’examiner, tandis que Hotch reste à la porte.

Hotch : La porte était verrouillée.

Reid : Matthew Rowland et son ami ont remarqué que quelqu’un avait essayé d’ouvrir la porte.

Hotch : L’agresseur n’a pas pu entrer.

Reid : Alors, il a répandu l’essence dans leur chambre à partir du couloir.

Hotch : Ça implique qu’il a pas vu le feu.

Reid : Mais, il a entendu Matthew Rowland gémir.

Hotch : Oui, mais pas longtemps. Il a du partir très vite.

Reid : Exact. Pour pas se faire repérer.

Hotch : C’est pas logique.

Hotch rejoint Reid pour observer la chambre.

Reid : La pyromanie en tant que maladie mentale n’est peut-être qu’un mythe, mais les études de comportements nous montrent qu’un incendiaire ressent un plaisir quasi pathologique à mettre le feu.

Hotch : Il se sent puissant.

Reid : Mais, un incendiaire ne se contente pas de mettre le feu et de partir.

Hotch : Faut qu’il soit aux premières loges.

Reid : Alors, pourquoi il est parti sans voir le spectacle ?

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Mr Zhang ouvre une boîte avec des détonateurs utilisés. Les agents sont autour de lui.

Mr Zhang : Il a coupé les arrivées d’eaux avant de mettre le feu. Voilà ce qu’il a utilisé. 2 détonateurs avec mises à feu simultanées.

Gideon : Il y a pas eu de détonateur avec Matthew Rowland. Pourquoi déclencher le feu manuellement ?

Morgan : Parce qu’il voulait être présent, pour voir le gosse mourir.

Hotch : Oh, pas nécessairement.

Elle : Si la cible était Matthew Rowland, alors, pourquoi il y a eu deux autres incendies ?

Reid : Les motivations d’un incendiaire sont simples. Il y a le vandalisme, la dissimulation de preuves, les revendications politiques, le profit…

Hotch : Et la vengeance.

Mr Zhang : On a interrogé son camarade de chambre. Il dit que Matthew était très apprécié. Il avait aucun ennemi.

Ellen : Ce serait du vandalisme ?

Elle : Non, ces dispositifs sont trop sophistiqués. S’il s’agit d’un acte politique, pour l’instant, les revendications sont obscures.

Gideon : L’agresseur a une stratégie dans cette affaire. Matthew, les pompiers, toutes les victimes. Ils ne sont pas juste des personnes pour ce pyromane.

Hotch : Ce sont des objets.

Gideon : Ce sont des sortes de…

Reid : Ils sont les pions d’un échiquier.

Gideon prend un détonateur en main. Il lève les yeux vers Reid.

Gideon : Oui, exactement.

Il remet le détonateur dans la boîte.

 

Devant les dortoirs – Campus de l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Morgan s’arrête de marcher et réfléchit.

Morgan : Alors… Si je voulais mettre le feu à un dortoir, par où je commencerais ?

Morgan visualise les étages des lieux puis regarde plus bas.

Morgan : Eh bien, par le sous-sol. Oui, le feu se propage vers le haut. Alors, pourquoi il a commencé par le troisième étage ?

Morgan se rappelle de Matthew qui se met à brûler et à crier à l’aide.

Morgan : Parce qu’il voulait pas mettre le feu à tout le bâtiment.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Elle et Reid observent les détonateurs.

Elle : Le minuteur déclenche un signal, une étincelle qui va enflammer le mélange chimique à l’intérieur du boîtier. C’est simple.

Reid : Et sophistiqué dans sa simplicité. Le procédé a été méticuleusement élaboré.

Elle se lève.

Elle : Un accélérateur chimique. Ça peut être un étudiant en chimie.

Reid : Ça peut aussi être un prof de chimie.

Elle : Je dirais un étudiant. Faut avoir une grande confiance pour donner un cours devant une classe de plus de trente étudiants. Alors que les pyromanes sont des êtres solitaires. Ces gens vont pas en soirée, ils ont pas de petite amie, ils se sentent pas à l’aise face à un groupe. Et, bien sûr, ce sont des psychopathes.

Reid : Evidemment.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Ellen et Gideon marchent dans la face.

Ellen : Vous pensez que des témoins appelleront ?

Gideon : Non.

Ellen : Alors, pourquoi vous vous êtes donné la peine de communiquer ce numéro ?

Gideon : Parce que les incendiaires aiment manipuler la police. Ils aiment communiquer, expliquer leurs motivations. Non, je m’attends pas à ce qu’on reçoive des témoignages.

Ellen : Vous pensez qu’il va vous appeler ?

Gideon : Oui.

Un homme allume une cigarette et Gideon s’arrête de marcher pour l’observer.

Ellen : En ce qui concerne les consignes d’évacuation…

 

Bureau du Professeur Ralph Wallace – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Le professeur entre dans son bureau.

Pr Wallace : On se verra à mon cours. Moi aussi, j’ai des devoirs à faire.

Fille : Merci, Mr Wallace.

Pr Wallace : Il y a pas de quoi.

Il ferme la porte et remarque une odeur d’essence.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon cesse de regarder le jeune homme allumer sa cigarette et se retourne. Il remarque alors que la fontaine d’eau est cassée.

Ellen : On aimerait éviter un mouvement de panique. Les issues de secours se bloquent très rapidement. Nous avons des points de ralliement où nous pourrions rassembler tout le monde.

Gideon s’avance vers la fontaine d’eau et tente de la faire marcher. Ellen le remarque.

Ellen : Agent Gideon ?

Gideon passe sa tête sous la fontaine pour trouver quel est le problème.

 

Bureau du Professeur Ralph Wallace – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Le professeur remarque une tâche d’essence sur le sol, sous une porte dans son bureau. Il ouvre et renifle, essayant de savoir de quoi il s’agit.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon lève la tête vers le système d’arrosage en cas d’incendies.

Ellen : Agent Gideon ? Agent Gideon ?

Gideon se relève et s’avance vers l’alarme incendie, qu’il déclenche.

Gideon : Evacuez le bâtiment ! Dehors ?

Ellen : Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?

Gideon se met à courir vers l’intérieur du bâtiment, tandis que les élèves en sortent en courant.

Gideon : Sortez ! Sortez immédiatement !

 

Bureau du Professeur Ralph Wallace – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Le professeur allume la lumière et l’ampoule éclate sur son visage. Il se met à crier.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon continue à courir.

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Morgan et Elle aperçoivent la fumée au dessus d’un bâtiment tandis que les élèves s’évertuent à en sortir. Morgan et Elle se mettent à courir vers le bâtiment.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon arrive en courant à l’endroit où le feu a commencé.

Pr Wallace : Au secours ! Aidez-moi !

Gideon brise la vitre pour accéder à l’extincteur qu’il prend.

Pr Wallace : Je vous en supplie ! Ah ! Aidez-moi ! Ah !

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Les voitures de police commencent à arriver.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon brise la fenêtre du bureau du professeur avec l’extincteur.

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Morgan et Elle courent vers le bâtiment.

Morgan : Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Laissez passer !

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Gideon tente de mettre fin à l’incendie avec l’extincteur. Le professeur est allongé sur la table, inconscient. Morgan arrive et agrippe Gideon.

Morgan : Gideon ! Sortez de là ! Allez, venez Gideon ! Allez !

Gideon : Il y a quelqu’un à l’intérieur !

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Hotch court vers le bâtiment.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Les étudiants sortent en courant et en criant. Morgan ouvre la porte et emmène de force Gideon hors du bâtiment en empruntant l’escalier.

Morgan : Allez, dépêchez-vous ! Descendez de là ! Tout le monde descend ! Allez ! Venez Gideon !

Gideon se détache de Morgan.

Gideon : Tu vas me lâcher ! Il y a un prof là-dedans !

Morgan le tient, l’empêchant de retourner dans le bâtiment.

Morgan : C’est inutile, arrêtez ! Il est mort depuis longtemps. Laissez tomber !

Morgan se met à tousser et lâche Gideon, qui descend les marches.

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Reid arrive au bâtiment en flammes. Gideon et Morgan en sortent enfin.

Hotch : Il est peut-être en train de nous observer. Elle !

Elle : Oui ?

Hotch : Tu me prends un maximum de photos.

Elle : D’accord.

Elle sort son appareil et prend des photos des hommes présents. Hotch et Reid regardent autour d’eux, à la recherche de quelqu’un ayant l’air suspect.

 

Bureau d’Ellen – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Ellen et Gideon sont assis.

Gideon : Ce professeur s’appelait Wallace ?

Ellen : C’est une grande perte. Il faisait partie de ces enseignants qui… qui s’investissent énormément dans leur travail.

Elle entre dans le bureau.

Elle : Gideon, la police et le service de sécurité interrogent les gens qui étaient dans le bâtiment.

Gideon : Combien de temps ça prendrait de faire évacuer le campus ?

Ellen : Nous avons dix mille étudiants inscrits dans cette université.

Elle : Il y a un autre problème lié à l’évacuation.

Gideon : Oui, on risque d’accélérer le programme de notre pyromane. Faut qu’on se réunisse.

Gideon et Elle s’en vont, croisant un jeune homme, Jeremy, qui entre dans son bureau.

Jeremy : Mme Turner ? Je m’appelle Jeremy. Je suis en maîtrise de sciences physiques dans cette fac. On a discuté de tout ça avec les copains, on aimerait bien vous aider.

Ellen : La meilleure chose à faire, c’est de rester…

Jeremy : On sait comment il a fait.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Morgan regarde les photos prises par Elle, tandis que Hotch réfléchit.

Morgan : On a passé la nuit sur ces photos et on n’a rien. Regardez leurs expressions. On a la peur, un petit peu d’horreur et un petit peu de panique. Je vois personne prendre son pied.

Reid lit des dossiers, tandis que Gideon réfléchit lui aussi.

Reid : Lors de son interrogatoire, Peter Dinsdale a déclaré : « Je suis un disciple du feu. Le feu est mon maître. »

Morgan s’approche du tableau de l’affaire.

Morgan : Donc, faut trouver un nouveau disciple. On a dix mille étudiants.

Morgan allume son briquet et imagine un étudiant le regarder.

Morgan : Et parmi eux, il y en a un qui est fasciné par le feu.

Morgan éteint son briquet.

Elle : La pyromanie est un des trois facteurs du criminel en puissance. Ça peut signifier que l’adolescent est susceptible de devenir un délinquant social. Si on remonte à son enfance, on retrouve certainement les deux autres facteurs. Il y a l’incontinence nocturne et la cruauté envers les animaux.

Gideon : Absence ou violence du père, aucun contact avec le sexe opposé et une tendance à se dévaloriser. Son mode opératoire n’est pas figé. C’est classique. Les incendies vont s’accélérer, ils témoignent d’une panique, d’une crainte. C’est le profil type du pyromane en série.

Reid : Basé sur des centaines d’interrogatoires.

Morgan : Basé sur des précédents.

Elle : C’est comme ça qu’il est censé se comporter, selon les recherches.

Hotch : On est à côté de la plaque.

Gideon : Parce qu’il nous manque deux éléments.

Morgan : Le sexe et le pouvoir. Les deux mobiles typiques des incendiaires.

Gideon : Et, sans ces éléments, on a pas de profil.

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Gideon sort de l’Université. Un étudiant à vélo passe derrière lui, s’arrête et l’interpelle.

Etudiant : Eh, attendez ! Euh, désolé. Excusez-moi, je fais partie de la patrouille du campus. Je suis censé vérifier vos papiers.

Gideon : Bien sûr.

Gideon sort sa plaque et lui montre.

Etudiant : Oh ! Vous êtes du FBI ? Vous êtes un genre de profiler ? En examinant les lieux d’un crime, vous pouvez savoir quel genre de shampoing un tueur utilise ?

Gideon : Vous avez l’air sceptique.

Etudiant : Un peu, c’est vrai.

Le patrouilleur se met à jouer avec son collier.

Gideon : Votre copine pense que vous voulez plus d’elle.

Etudiant : C’est une blague ?

Gideon : Vous arrêtez pas de toucher à ce collier. Cela m’indique que vous n’êtes pas habitué à en avoir. Quelqu’un vient certainement de vous l’offrir. Je pense que c’est récent. Le symbole chinois signifie « Je t’aimerai toujours ».

L’étudiant reste cloué sur place, sans parler.

Gideon : Prenez bien soin de vous.

Gideon s’éloigne, sous le regard du jeune homme.

 

Labo de chimie – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Des étudiants en chimie travaillent. Reid fait de même et Hotch les observe.

Hotch : Reid. Tu as presque leur âge. C’est toi qui vas leur parler.

Reid : Euh… Alors, salut. Je m’appelle… Spencer Reid. Je suis… un des agents du DSC, le département des sciences du comportement du FBI, qui, en fait, s’appelait précédemment le BSC, bureau des sciences du comportement. Mais, désormais, ça s’appelle le DSC. Cette unité fait partie du CNECV, le centre national d’étude des crimes violents, qui fait aussi partie de ce qu’on appelle l’URIC, l’unité de répression des incidents critiques et…

Hotch : Ce qu’il essaie de vous dire, c’est qu’on aimerait savoir comment vous pouvez nous aider.

Jeremy se lève. Il s’approche de Reid et indique l’ampoule que ce dernier tient en main.

Jeremy : Je peux ? Merci. Vous voyez ça ? Faites un trou sur le côté, remplissez-la avec de l’essence ou un autre produit inflammable. Allumez la lumière et boum. C’est comme ça que ça s’est passé, je me goure ?

Clara : On a ces infos sur Internet. Vous voulez savoir comment on fabrique un cocktail Molotov auto-combustible ? Prenez du potassium, du soufre et, pour finir, du sucre. Du sucre ! Et, du sucre, c’est…

Jeremy : Plus facile à trouver que du plutonium. On peut trouver ça n’importe où.

Clara : En faisant ses courses au supermarché.

Hotch : Donc, pas besoin d’avoir une maîtrise de chimie pour savoir ça.

Mr Zhang : Ça serait un de vos camarades ?

Jeremy s’approche de Reid.

Jeremy : Vous voulez savoir ce que je pense ? Je pense… que le moment est venu de rentrer à la maison.

Jeremy rend l’ampoule à Reid et s’éloigne. Ce dernier observe l’ampoule.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Hotch et Reid entrent dans l’ascenseur avec Jeremy. Il met une clé pour faire fonctionner l’ascenseur.

Jeremy : Une seconde. Faut une clé à partir de 22h.

Hotch : Et, pourquoi vous rentrez si tard ?

Jeremy : On a du travail, on prépare notre mémoire. Vous savez résoudre le problème des trois corps ? Faut trouver les trajectoires de la Terre, du Soleil et de la Lune soumis mutuellement à leur attraction gravitationnelle.

 

Bureau de Garcia – BAU – FBI – Quantico, Virginie – Nuit

JJ est au téléphone et entre dans le bureau de Garcia.

JJ : Si tu savais combien de personnes m’ont appelée aujourd’hui en m’affirmant de façon catégorique que notre pyromane est un pompier. On dirait qu’ils ont tous vu Backdraft. Ah, excuse-moi, je te rappelle.

JJ raccroche et regarde ce que fait Penelope Garcia.

Garcia : Cet appel a été reçu il y a 5 minutes environ.

Garcia lance l’enregistrement : « Vous êtes sur la ligne à témoins du FBI, concernant les incendies de Bradshaw. » Un ‘témoin’ répond ceci : « Karen. Je fais ça pour Karen. »

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Gideon, Elle, Morgan, Elle, Reid et Hotch écoutent l’enregistrement : « Karen. Je fais ça pour Karen. »

Gideon : Encore une fois.

Morgan : Cet appel provient du bureau à côté de celui de Wallace. Il a été passé 5 minutes avant le début de l’incendie.

Gideon : Repasse-le.

Morgan le relance : « Karen. Je fais ça pour Karen. »

Gideon : Encore, plus fort.

Morgan augmente le son, tourne l’enceinte vers Gideon et lance la bande : « Karen. Je fais ça pour Karen. »

Hotch : Qu’est-ce qu’il y a ?

Gideon : Je sais pas. Il y a quelque chose de bizarre.

Hotch : La cassette est nettoyée ?

 

Bureau de Garcia – BAU – FBI – Quantico, Virginie – Jour

Garcia est en conversation webcam avec Morgan.

Garcia : Oui, je peux la passer au filtre acoustique.

Morgan : Ecoute, essaie d’obtenir une voix proche de la réalité. Et, si tu peux capter autre chose, te gêne pas.

Garcia : D’accord. Tu sais, dans Star Trek, quand le capitaine Kirk demande à McCoy de faire un truc impossible et McCoy dit « ça va pas, je suis médecin, je fais pas des miracles. »

Morgan : Quoi ? Tu me dis que tu sais plus faire des miracles ?

Garcia : Non, je dis que je suis pas médecin.

Ils rient.

Morgan : Toi, je t’adore.

 

Bureau d’Ellen – Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Ellen prend des photos de femmes de l’imprimante.

Ellen : Voici toutes les femmes de ce campus dont le prénom est Karen.

Ellen dépose les photos sur la table et Elle les prend.

Elle : Ça en fait des Karen.

Elle et Morgan se partagent le paquet de photos en deux.

 

Parc de l’Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Reid est assis contre un tronc d’arbre alors que Gideon fait les cent pas, observant les étudiants.

Reid : Et, si notre homme était en train de faire ses valises ?

Gideon : Non, non, il a pas encore fini. Il ira nulle part. Réfléchis.

Reid : Faut que je sorte des sentiers battus ? C’est ce que Morgan arrête pas de me dire. Il dit que c’est pour ça que je vous bats jamais aux échecs.

Gideon : Bah, il a sûrement raison.

Reid sourit.

Reid : Mais, dans notre situation, ça veut dire quoi sentiers battus ?

Gideon : Ça veut dire le profil standard de l’incendiaire. Alors, si tu veux sortir des sentiers battus, qu’est-ce que tu fais ?

Reid : J’essaie d’explorer des terrains inconnus.

Gideon : Parfois, il faut être inventif et, même si tu crois que ça mènera à rien, il faut envisager toutes les éventualités.

Reid : De quel genre ? Un bégaiement ?

Gideon : Oui, c’est ça.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Elle : Merci, Karen.

Karen sort de la pièce et Elle ferme la porte.

Elle : C’était la numéro sept.

Morgan : Il doit y avoir un moyen plus rapide de faire ça. On devrait changer la première question. Qu’est-ce que tu penses de « avez-vous récemment rencontré un pyromane ? ».

Elle sourit et s’assied.

Elle : En parlant de question, t’as réussi à trouver pourquoi le bandit de grands chemins bégayait ?

Morgan : Non. Et toi ?

Elle : Je… Je sais que l’embarras peut provoquer le bégayement et que, quand on est énervé, il est plus difficile de contrôler la musculature articulatoire du visage.

Morgan : Attention, tu parles comme Reid.

Elle se met à rire.

Elle : Arrête, là, t’exagère !

Morgan : En tout cas, j’ai comme l’impression que le sujet te passionne.

Elle : J’ai toujours pas la moindre de ce qui provoque un bégayement.

Elle se lève et va ouvrir la porte, laissant entrer une nouvelle Karen.

Elle : Karen. Numéro 8.

 

Bâtiment de sciences – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Gideon observe des cours sur « Le problème des trois corps ». Le patrouilleur entre, surprenant Gideon.

Etudiant : Salut. Je vous ai pas fait peur, j’espère. Excusez-moi de vous déranger, je fais ma ronde.

Gideon : Mais, vous me dérangez pas. Vous connaissez ce problème ? Vous le connaissez, bien sûr.

Etudiant : Non, je sais pas ce que c’est.

Gideon : C’est de la physique. C’est un des grands mystères des mathématiques. Vous avez rompu ? Je vois plus de collier.

Etudiant : Oui, j’ai rencontré quelqu’un d’autre.

Gideon : Comment elle s’appelle ?

Etudiant : Brian.

Gideon : Oh. C’est… C’est ce que j’appelle une bonne raison. Et, elle le prend bien ?

Etudiant : Oui. Oui, excepté qu’elle pense que l’homosexualité est un vice et que je risque de provoquer la colère de Dieu.

Gideon : La colère de Dieu.

Gideon comprend quelque chose et se met à courir.

 

Bureau de Garcia – BAU – FBI – Quantico, Virginie – Jour

Garcia est au téléphone avec Morgan, qui est dans la salle de surveillance.

Garcia : Ça va, beau gosse ? J’ai utilisé tous les filtres que j’avais en stock. Maintenant, je peux te dire une chose avec une certitude absolue. Ce qu’il dit, c’est pas Karen, ça ressemble à Karown.

Morgan : Mais, tu sais ce que c’est, toi, Karown ?

Garcia : Si j’arrive à trouver, est-ce qu’on pourra s’ébattre dans le même lit ?

Morgan : Bien entendu, ma chérie, mais avec Reid.

Garcia : Oh…

Morgan : A+.

Garcia & Morgan raccrochent. Reid entend son nom et se retourne vers Morgan.

Morgan : Eh, Reid ! Garcia dit que c’est pas Karen, en réalité, c’est quelque chose comme…

Gideon entre dans la salle de surveillance.

Gideon : Charown !

Reid : Charown ?

Gideon : Oui, le mot c’est Charown. Je fais ça pour Charown.

Reid : C’est de l’hébreu.

Gideon : Oui, la colère de Dieu.

Reid : Oui.

Elle : Le mobile serait donc religieux ?

Reid : Vous savez, dans de nombreuses religions, Dieu est associé à l’idée de feu.

Hotch : Oui, Agni est le dieu du feu en hindouisme.

Elle : C’est vrai.

Hotch : Les juifs disent que Dieu est une colonne de feu et les chrétiens considèrent que Dieu est un feu qui les consume.

Morgan : Alors, on recherche un étudiant en théologie ? Peut-être qu’il punit les autres élèves pour leurs pêchés.

Reid : Non, j’en veux pas.

Elle : Bien. Quel est l’endroit le plus immoral du campus ?

Morgan : Quand j’étais à la fac, c’était un peu partout.

Hotch : Une confrérie d’étudiants.

Elle : Ou peut-être un bar.

Hotch : Non, c’est pas logique par rapport aux premières cibles.

Morgan : Et, l’idée du baptême par le feu ? On parle d’épreuve du feu dans le livre des révélations.

Gideon : Ecoutez, c’est bien, c’est bien, mais s’il vous plaît, pas de conclusion hâtive. La religion fait partie des mobiles, mais c’est pas nécessairement la première motivation.

Morgan : Attendez, il faut écarter aucune piste. On n’a pas grand-chose.

Elle : Et, en plus, on va manquer de temps.

Reid : La motivation.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Reid revisionne la vidéo de Matthew plusieurs fois, tout en réfléchissant.

Reid : Sortir des sentiers battus.

Reid efface le tableau et écrit ‘feu’ en haut. Gideon l’aperçoit et passe sa tête.

Gideon : C’est bien, continue. C’est comme aux échecs. Te contente pas de penser au coup suivant, faut prévoir trois coups d’avance.

Reid visionne à nouveau la vidéo et remarque que la poignée se tourne trois fois dans chaque sens.

Reid : Il a essayé d’ouvrir trois fois.

Reid va voir un écriteau ‘Professeur Ralph Wallace’ avec au-dessus le nombre 3. Il fouille ensuite un bureau et trouve un papier indiquant les horaires des cours.

Reid : Professeur Wallace. Mardi, 15h.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Jour

Reid entre dans la salle où sont Hotch et Gideon, consultant des dossiers.

Reid : Je crois savoir pourquoi on n’a pas de profil. Vous aviez raison de dire à Morgan de pas se fier aux précédents. Jusqu’ici, les feux n’ont pas été allumés dans un but précis.

Hotch : Son unique motivation serait de mettre le feu ?

Reid : Exactement. Nous n’avons pas affaire à un incendiaire classique. C’est une personne qui a recours au feu parce qu’il est victime de troubles psychiques.

Gideon : Mais encore ?

Reid : Il s’agit d’une forme extrême de TOC, de troubles obsessionnels compulsifs. Tout ce qu’il fait, il le fait trois fois. Et, si j’ai raison, il va devoir tuer encore une fois. Il y a une forme de TOC qui s’appelle la scrupulosité.

Hotch : L’obsession compulsive liée à la religion.

Reid : Une peur obsessionnelle de commettre un pêché qui crée tellement d’anxiété qu’il… qu’il est obligé d’agir pour soulager cette inquiétude.

Hotch : En déclenchant des incendies.

Gideon : Qu’est-ce qui te permet de dire ça ?

Reid : Regardez. Vous vous souvenez que, sur la vidéo, on a vu quelqu’un qui tentait d’entrer dans la chambre. L’individu tourne la poignée. Mais, il essaie pas d’entrer. Il se sent obligé de tourner la poignée à trois reprises.

Gideon : Quel rapport avec les incendies ? Les premiers étaient des feux isolés. S’il s’agit d’un trouble obsessionnel, on aurait dû en avoir 3 à chaque fois.

Reid : On a eu trois incendies. Je dirai une trinité de trois. Le premier incendie a eu lieu le trois mars.

Gideon : Oui, 3h de l’après-midi, 3ème jour, 3ème mois.

Reid : C’est cette convergence de 3 qui est la cause de cette anxiété envahissante. Les troubles obsessionnels soulagent l’anxiété parce que le sujet peut passer à l’acte.

Hotch : Et, pour le feu dans le bureau de Mr Wallace ?

Reid : Bureau n°3. J’ai fait des recoupements à partir du 3. Ses cours ont lieu le mardi.

Hotch : 3ème jour de la semaine.

Reid : Matthew Rowland était dans cette classe. C’était son 3ème cours de la journée. Si on fouille dans cette direction, on trouvera beaucoup d’éléments ayant un lien avec le 3, parce que notre esprit a été formé à faire des recoupements. Mais, lorsque notre homme tombe sur le chiffre 3, boum ! Il met le feu.

Gideon : Si les cibles sont toujours des personnes, pourquoi il n’y a pas eu de mort dans les premiers incendies ?

Reid : Parce qu’il a échoué. Jusqu’à Matthew Rowland.

Hotch ne dit plus rien et pense à quelque chose, ce que Gideon remarque.

Gideon : Qu’est-ce qu’il y a ?

Hotch : Je crois savoir qui est le pyromane. Et, c’est pas il. C’est elle.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Jour

Ellen est avec Mr Zhang, tandis que Gideon est toujours dans la salle de surveillance. Ils sont au téléphone.

Ellen : Clara Hayes. Elle est en maîtrise de chimie. Je vais vous chercher son dossier.

Gideon : Demandez au personnel de sécurité qu’il la retrouve. Elle peut remettre ça dans les heures qui viennent.

 

Escaliers - Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Morgan et Elle descendent les escaliers.

Morgan : D’accord, on y va. Elle habite pas dans le campus.

Elle : Comment il est sûr que c’est cette fille ?

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Hotch : Quand on discutait avec les élèves, j’ai remarqué qu’elle arrêtait pas toucher sa bague, qu’elle la tournait.

Reid : Combien de fois ?

Hotch : Trois fois. Elle a compté les composants pour fabriquer une bombe.

Reid : Et les mots ‘sucre’.

Hotch : Elle arrêtait pas de le répéter. On aurait dit qu’elle se contrôlait plus.

Reid : C’est de la palilalie. C’est une répétition involontaire des mots. Howard Hughes en a souffert quand son TOC a empiré.

Hotch : Clara et ses camarades préparent un mémoire sur les forces d’attraction des planètes.

Gideon : Oui, le problème des trois corps.

 

Appartement de Clara – Tempe – Nuit

Deux policiers, Elle & Morgan entrent dans l’appartement de Clara et y trouvent des objets religieux, des bougies et des photos de feu. Un des policiers vérifie si quelqu’un est là.

Policier : Personne dans cette pièce. Par ici.

Morgan : Whoa ! On a affaire à une allumée. C’est pas des TOC qu’elle a, c’est des TAL.

Elle : Tu peux m’expliquer ?

Morgan : T’es à l’Ouest.

Elle lit une des feuilles sur le mur.

Elle : « Le feu de ma colère s’est allumé et il brûle jusqu’au fond de l’enfer. » Deutéronome.

Morgan : « Puis, un grand feu descendit du ciel et s’abattit sur eux. »

Elle : « Je fais ça pour Charown. » Voilà Charown. Il fait passer les morts vers l’au-delà dans la mythologie grecque, tu te souviens.

Morgan : C’est aussi le nom de l’unique Lune de Pluton. Le paradis perdu. « Moloch, aspergé du sang des sacrifices humains et des pleurs des parents. »

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Reid est au téléphone, tandis que Hotch l’observe.

Reid : Moloch était un démon. C’était le Dieu des Cananéens. Pour éviter de s’exposer à la colère, l’habitude était de sacrifier des enfants en les immolant pour lui rendre hommage.

Hotch sort une feuille de l’imprimante.

Hotch : Une adolescente revient de l’enfer. La mère Ellen Hayes parle d’un miracle. « Ma fille a été mise à l’épreuve. Dieu a testé mon enfant et elle a survécu avec sa bénédiction. » Regarde le numéro.

Hotch montre la feuille à Gideon.

Gideon : 333.

 

Appartement de Clara – Tempe – Nuit

Elle et Morgan fouillent la pièce.

Elle : Eh, Morgan. Tu connais la pensée magique, non ?

Morgan : Les pensées obsessionnelles ? C’est un peu comme une superstition, non ?

Elle : Des trucs du genre. On est jamais 13 à table, ça peut porter malheur.

Morgan : Sauf qu’elle y croit vraiment à ces trucs.

Elle : Dieu lui a fait passer l’épreuve du feu. Maintenant, lorsque les trois 3… la Trinité des 3 se manifeste auprès d’une autre personne.

Morgan trouve une bouteille.

Morgan : Dieu lui dit de les mettre à l’épreuve.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Ellen raccroche son téléphone.

Ellen : D’accord, ils sont en train de surveiller le bâtiment des sciences.

Gideon : Sinon, je vois pas où elle peut être.

Reid lit des dossiers.

Reid : J’ai rien qui ait un rapport avec le 3.

 

Appartement de Clara – Tempe – Nuit

Morgan est au téléphone avec Hotch.

Morgan : Attendez Hotch, on cherche, on fait que ça. Je crois pas qu’elle ait laissé derrière elle un calendrier détaillé de ses prochains incendies.

Elle se retourne et regarde la pièce derrière un rideau. Elle entre.

Morgan : Oui, je comprends. Mais, vous avez pas vu son appart.

Elle : Morgan ?

Morgan : Je vous rappelle.

Morgan raccroche et rejoint Elle. Ils remarquent plusieurs bouteilles.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Hotch est au téléphone avec Morgan.

Morgan : Il doit y avoir au moins 30 bombes là-dedans.

Hotch : Morgan, tu évacues l’immeuble. Fait sortir tout le monde immédiatement.

Gideon s’approche des agents de sécurité.

Gideon : Envoyez vos hommes dans chaque bâtiment qu’ils activent les alarmes d’incendies. On se remue, allez !

Ellen : D’accord, allons-y.

Ellen et les agents de sécurité se mettent à courir vers la porte.

Gideon : Le corps du campus. On va essayer de trouver tout ce qui aurait un lien avec le numéro 3. On se remue, messieurs.

 

Couloir du bâtiment de sciences – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Jeremy est au téléphone, marchant vers l’ascenseur avec 2 jeunes filles.

Jeremy : Bien sûr que non, je quitte pas le campus. J’ai vraiment trop de boulot. Je me suis payé un de ces mini-extincteurs. Tu vois ce que c’est ? Ils se sont mis à en vendre à la librairie. C’est plutôt morbide, non ? Bon, je vais prendre l’ascenseur, on va certainement être coupés. Ok, A+.

Jeremy raccroche et les deux filles et lui entrent dans l’ascenseur. Jeremy utilise sa clé.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Jeremy range son portable.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Eclairé par un briquet, une personne coupe le courant.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

L’ascenseur s’arrête au 3ème étage.

 

Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Les agents de sécurité déclenchent les alarmes incendies et les élèves sortent des bâtiments. Un agent de sécurité court dans le couloir, pour vérifier l’absence des étudiants. Alors que l’alarme est enclenchée, aucun des arrosages au plafond ne s’enclenche. L’eau a donc été coupée.

Femme : Vous êtes dans le bâtiment des sciences ?

Agent : Tous les couloirs et les escaliers ont été évacués. J’ai aussi vérifié les ascenseurs. Il n’y en a aucun d’occupé.

L’agent de sécurité déclenche une nouvelle alarme incendie.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Jeremy tente d’appuyer sur les boutons, mais rien ne marche.

Jeremy : Je crois qu’on est bloqués.

Etudiante 1 : Quoi, t’as pas la clé ?

Jeremy : Non, j’ai oublié. Elle est restée là-haut dans le bureau.

Etudiante 2 : Il y a aucun moyen d’appeler des secours quand on est bloqués ?

Ils essayent d’appuyer sur le bouton d’urgence, mais pas de réponse.

Etudiante 1 : Bah, ça répond pas.

Jeremy : C’est curieux quand même.

Etudiante 1 : Et, si on essayait d’ouvrir les portes ?

Jeremy : Je crois pas qu’on puisse les ouvrir. Il y a des normes de sécurité.

Etudiante 2 : Si on se met à hurler, quelqu’un viendra sûrement.

Ils entendent alors le déclenchement de l’alarme incendie.

Etudiante 1 : C’est l’alarme d’incendies.

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Hotch : Jason. Jason, attend une seconde. Clara Hayes est certainement quelqu’un d’inoffensive. Elle a jamais voulu faire de mal à qui que ce soit, comme toute personne rationnelle. Mais, rien n’est rationnel dans ses troubles particuliers.

Reid : Les recherches indiquent que les TOC impliquent des problèmes de communication entre la partie frontale du cerveau et le cortex orbital. Plus, une structure plus complexe : le ganglion basal.

Hotch : Tu pourras pas la raisonner, parce qu’on ne raisonne pas avec des gens qui ont ce problème. Elle déclenche pas les incendies parce qu’elle le veut, mais parce qu’elle le doit.

Gideon : Qu’est-ce que t’essaies de me dire ?

Hotch : N’essaie pas de la convaincre d’arrêter parce que tu vas te heurter à un mur.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Jeremy réussit à entrouvrir les portes de l’ascenseur.

Etudiante 2 : C’est tout ? Tu peux pas aller plus loin ?

Jeremy : Je te l’avais dit, ça fait partie des normes de sécurité.

Etudiante 2 : Aidez-nous ! On est bloqués. Aidez-nous, s’il vous plaît ! Il y a quelqu’un ? Au secours ! Sortez-nous de là ! Au secours ! S’il vous plait, venez nous aider ! On est coincés dans l’ascenseur !

Jeremy soulève la 1ère étudiante pour qu’elle sorte de l’ascenseur. Elle tente d’ouvrir la porte menant au couloir, mais c’est Clara qui le fait et passe sa tête.

Etudiante 1 : Clara !

Jeremy : Je suis content de te voir.

Clara : Tout va bien.

Jeremy : Clara, tu peux remonter chercher la clé de l’ascenseur ?

Clara : Ça va aller, je suis venue vous sauver.

Jeremy : Alors, va chercher la clé. Va chercher la clé de l’ascenseur.

Etudiante 1 : Clara !

Etudiante 2 : Clara, où tu vas ?

Jeremy : Va chercher la clé.

Etudiante 1 : Qu’est-ce qui se passe ? Il y a le feu ? Clara ?

Clara : Pas encore.

Les trois jeunes coincés dans l’ascenseur la regardent, choqués.

 

Couloirs – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Morgan court dans le couloir, téléphone en main.

Morgan : J’ai rien de mon côté. T’as quelque chose ?

Elle est dehors.

Elle : Non, rien. Pas de fille, pas de fumée et pas de feu.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Les trois étudiants sont toujours dans l’ascenseur, mais Clara n’est plus là.

Etudiante 1 : Mais, elle est où ?

Jeremy : Peut-être qu’elle est allée chercher la clé. J’en sais rien.

Etudiante 2 : Qu’est-ce qu’elle fait ?

Clara revient.

Jeremy : Alors, quelqu’un va nous sortir de là ?

Clara : Je vais vous aider, mes amis. Je suis venue vous sauver. Dieu vous a élus. Il vous a élus.

Jeremy : Clara…

Clara : Le père, le fils, le Saint Esprit.

Clara montre trois bouteilles d’essence.

Etudiante 2 : Oh  mon Dieu !

Jeremy : Clara, écoute-moi ! Attend, écoute…

Clara les asperge d’essence et les trois jeunes se mettent à crier.

Jeremy : C’est de l’essence ! Je t’en supplie, arrête, Clara !

Etudiante 1 : Non !

Jeremy : Pourquoi tu fais ça ?

Etudiante 1 : Arrête, arrête !

Jeremy : Non !

Etudiante 1 : Non !

 

Devant l’Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Hotch descend les marches, alors qu’il est au téléphone.

Hotch : La sécurité est formelle, ils ont évacué le bâtiment des sciences.

Ellen : Ils se sont assurés que les locaux étaient vides et qu’aucun ascenseur ne fonctionnait.

Hotch se souvient alors de Jeremy lui parlant de la clé à partir de 22h. Il raccroche.

 

Ascenseur – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Clara fait une sorte de rituel, alors que les trois jeunes étudiants sont toujours dans l’ascenseur, paniqués.

Etudiante 1 : Clara ! Arrête, je t’en supplie !

Clara : Dieu vous a élus. Dieu vous a…

Etudiante 2 : Oh  mon Dieu !

Jeremy : Pose ça tout de suite !

 

Salle de surveillance – Université de Bradshaw – Tempe  – Nuit

Reid est devant les ordinateurs et au téléphone.

Reid : Je continue de chercher.

Gideon : Concentre-toi sur la fille.

Reid : Elle avait pas la moyenne. Elle allait sûrement redoublé.

Gideon : C’est ça qui a tout déclenché. T’as autre chose ?

Reid : Attendez. Elle faisait de la recherche dans le bâtiment des sciences.

Gideon : Oui, on sait ça. Ils ont déjà évacué le bâtiment.

Reid : Le 3ème étage de ce bâtiment est en travaux.

Gideon : J’y vais.

 

3ème étage du bâtiment des sciences – Université de Bradshaw – Tempe – Nuit

Hotch arrive en courant et aperçoit Clara avec une torche allumée en main, prête à la lancer sur les étudiants.

Hotch : Clara.

Jeremy : Personne t’oblige à faire ça.

Etudiante 1 : Elle va nous tuer !

Etudiante 2 : Je vous en supplie ! A l’aide ! Au secours, aidez-nous !

Clara : Je suis obligée de le faire.

Hotch : Ce que vous dites n’est pas rationnel. D’ailleurs, vous le savez très bien.

Clara : Dieu m’a choisie pour me mettre à l’épreuve. Maintenant, il a choisi d’autres disciples. Si je ne fais pas ce que j’ai à faire, quelque chose de terrible va arriver.

Hotch : Qu’est-ce qui va se passer ? Une inondation ? Un séisme ? Ce que vous dites n’est pas rationnel.

Clara : Je sais, je sais, je sais.

Hotch : Alors, résistez.

Clara : J’essaie.

Jeremy : Clara ? Clara, écoute-moi.

Etudiante 2 : Oh, mon Dieu ! Clara, arrête !

Clara : Ils doivent être mis à l’épreuve. La colère de Dieu.

Hotch sort son arme. Gideon monte les escaliers en courant.

Hotch : Clara, vous m’avez dit que c’est un étudiant en chimie. C’est vous le message qui parle de Charown.

Clara : Charown… Charown…

Hotch : Vous ne vous en souvenez pas ?

Clara : Moloch, le père, le fils…

Hotch : Clara…

Clara : Le Saint Esprit…

Etudiants : Arrête !

Clara : Dieu… a choisi ses disciples…

Hotch : Ça suffit !

Gideon s’avance. Hotch tire dans la jambe de Clara. Celle-ci lâche la torche qui roule vers l’ascenseur. Les étudiants se remettent à crier.

Jeremy : Non !

Gideon éteint la flamme et les jeunes cessent de crier. Gideon continue de viser Clara.

Gideon : Je croyais qu’il fallait pas raisonner avec elle ?

Etudiante : Sortez-nous de cet ascenseur !

 

Avion – Tempe – Jour

Elle et Gideon entrent dans le jet.

Elle : Ça y est, je crois que j’ai trouvé. J’ai la solution. Pour le bégayement.

Etonné, Gideon se tourne vers Elle.

Gideon : Vous savez pourquoi il bégayait ?

Elle : Quand vous discutiez avec Hotch, tout à l’heure, c’est là que j’ai compris. Il a dit qu’il allait essayer de gagner du temps.

Gideon : Exact.

Elle : Voilà, c’est ça la réponse. Avec notre bégayeur. Vous vouliez gagner du temps, tout simplement. Vous lui avez dit : « Je sais pourquoi vous bégayez » pour essayer de gagner du temps. C’était une tactique. Mais, vous ignoriez totalement la cause.

Gideon : Ah, bon ?

Elle : J’ai vérifié. Personne ne sait.

Gideon : Oui. Il y a de nombreuses théories qui parlent de problèmes neurologiques.

Elle : Mais, ce ne sont que des théories. Qu’est-ce qui s’est vraiment passé dans cette station-service ?

Gideon : Il y a une chose que je peux vous dire sur le bégayement. Je sais comment on peut le provoquer.

 

Boutique de la station service – Dumfries – Jour

Gideon s’avance jusqu’à une petite pièce, les mains en l’air, parce que le tueur a son arme pointé vers lui.

Tueur : Prenez la clé.

Le tueur indique le dessus de la porte. Gideon la prend et ouvre la porte avec. Dans la pièce, des photos de ses victimes sont sur un tableau, des victimes dont la police n’est même pas au courant. Gideon observe en silence.

Tueur : Il y en a 13.

Gideon : On n’en a retrouvé que 6.

Tueur : Vous êtes impressionné ?

Gideon : Oui. J’ignorais que vous saviez compter. D’après votre profil psychologique, vous êtes un demeuré. On a aussi parié que vous faisiez pipi au lit.

Le tueur charge son arme, énervé.

Tueur : Vous… Vous allez… Vous allez… Vous…

Gideon sourit.

Gideon : Quoi ?

Tueur : Vous… Vous allez… Vous allez…

Gideon : Je vois pas ce que vous voulez dire.

Tueur : Vous… Vous… Vous allez… prendre… la… la p… la… la, la…

Gideon se met à rire.

Gideon : Je suis désolé. Je vois pas du tout ce que vous voulez dire.

Tueur : Vous allez… Vous allez prendre la… la… la…

Gideon : Dites-le.

Tueur : La…

Gideon : Dites-le.

Tueur : Vous allez…

Gideon : Allez, faut se lancer, allez-y.

Tueur : L’appareil…

Le tueur baisse le regard, juste suffisamment pour que Gideon attrape l’arme. Ils se battent alors pour faire lâche l’arme à l’autre et Gideon donne un coup avec le flingue dans la tête du tueur, qui tombe à terre.

Gideon : L’appareil photo !

 

Avion – Nuit

Gideon voix off : Faulkner a dit un jour : « Ne vous souciez pas d’être meilleur que vos contemporains ou vos prédécesseurs. Essayez d’être meilleur que vous-même. »

Reid et Gideon jouent aux échecs.

Reid : Echec en 3 coups.

Gideon : Pas mal.

Gideon déplace un pion.

Gideon : Echec et mate. T’inquiète pas, t’y arriveras.

Reid n’en revient pas. Gideon remet tous les pions sur l’échiquier.

EXT. GAS STATION - DAY
The Gas Station CLERK points a shotgun at GIDEON.

CLERK: The gun.
T-T... take out the gun.

GIDEON removes a handgun from his hip holster and holds it in his hand.

CLERK: Th... th... throw it.

GIDEON: Any particular direction?

GIDEON turns to look at the CLERK. The CLERK hits him on the back of his legs with the shotgun.

GIDEON cries out in pain and falls forward, dropping the gun.


INT. GAS STATION STOREROOM - DAY
GIDEON is thrown against a wall on his knees. The CLERK is still aiming a gun at him.

CLERK: who... who are y-y-y... who are you? Who are you?!

GIDEON: F.B.I.

CLERK: T-t-T... t-T... take out your W... your w-wallet.

GIDEON reaches for his wallet with his left hand, removes it from his pocket and holds it behind his back toward the man.

The CLERK throws the wallet on the floor, then walks closer to GIDEON.

CLERK: wh-wh... wh...wh-wh-what...what do you kn-kn... what do you know?

GIDEON: About you? Or about the people who you've murdered? I know a lot about you. I know how you do it. I know you can't stop. And I know something that no one's ever been able to tell you. I know why you stutter.


INT. GIDEON'S OFFICE - DAY
GIDEON is sitting in an arm chair talking to two AGENT TRAINEES, also in arm chairs. A second MALE AGENT TRAINEE holding a file stands by the door.

FEMALE AGENT TRAINEE: Weren't you a little bit worried he might just shoot you?

GIDEON: I was a lot worried.

MALE AGENT TRAINEE #1: But how did you find him?

GIDEON is fiddling with a small cube with different colored sides.

GIDEON: I was just stopping for gas. I walked into that store, and I saw pieces of a profile that I'd given to Virginia P.D. almost a year ago. Truck in disrepair, a disheveled young man, severe stutter. James Reese once said,"There are certain clues at a crime scene which, by their very nature, do not lend themselves to being collected or examined. How does one collect love, rage, hatred, fear?" These are things that we're trained to look for.

MALE AGENT TRAINEE #1: So anyone else would have just seen a guy who stutters, but you saw the Footpath Killer.

ELLE peers in through the doorway.

GIDEON: Right. But sometimes these guys are still found by just dumb luck. Berkowitz was caught because of a parking ticket.

ELLE: Except the cop who caught him wasn't staring down a shotgun like you were.

GIDEON: This is true. This is also a good time to stop.

FEMALE AGENT TRAINEE: Thank you, sir.

GIDEON: Thank you.

The AGENT TRAINEES exit. ELLE walks in and sits down in a vacated arm chair.

ELLE: OK, I'm curious. Why'd he stutter?

GIDEON: You're on your way to becoming part of the behavior analysis team now, Elle. You tell me.


INT. BEHAVIOR ANALYSIS UNIT MAIN OFFICE - DAY
MORGAN is reading a newspaper at his desk. REID removes a black piece from a chess board. GIDEON moves a white piece.

GIDEON: Check. Checkmate 3 moves.

REID looks down at the board.

REID: What...?

MORGAN: You know you'll beat him when you start learning.

REID: Learning what?

MORGAN: To think outside the box.

REID and MORGAN turn their attention to their computer screens.

ELLE walks down the stairs to the main floor.

ELLE: Question for you.

MORGAN: Shoot.

ELLE: The Footpath Killer, why did he stutter?

MORGAN: Come on, Elle, we've all asked him, and he won't say.

REID: He wants us to figure it out.

ELLE: OK. I'm up for a challenge

J.J.: Good, because these go to you.

J.J. drops a stack of files on Elle's desk. J.J. extends a hand toward ELLE.

J.J.: Special Agent Jennifer Jareau. J.J. if you like.

ELLE and J.J. shake hands.

ELLE: Elle.

J.J.: Greenaway-- highest number of solved cases in Seattle 3 years running, specialty in sex offender cases.

ELLE: Not bad.

ELLE walks up the stairs as she speaks.

J.J.: Well, I'm the unit liaison. My specialty is untangling bureaucratic knots. You'll probably be talking to me a lot. My door's always open, mostly because I'm never in my office, so just call me on my cell, OK? We'll talk.

HOTCH exits his office and walks past J.J.

J.J.: Did you watch it?

HOTCH: Yeah. Think everybody should see it.

HOTCH keeps walking along the mezzanine. He is holding a disk of some kind.

HOTCH: B.A.U. team, can you meet me in the conference room, please? I need to show you something.


INT. CONFERENCE ROOM - DAY
HOTCH, and the rest of the B.A.U. sit around a table. There is a screen mounted on the wall behind HOTCH.

HOTCH: This is from the Phoenix office. Bradshaw College in Tempe. 6 fires in 7 months.

GIDEON: Who recorded it?

J.J.: A student with a digital camcorder. He was watching a fire in the building across from their dorm. The other person you'll see is his roommate, 20-year-old Matthew Rowland.

J.J. uses the remote. A video begins playing on the screen. A window glowing with smoke.

STUDENT: This is crazy. Hey, Matt, get over here. You gotta see this. The building's on fire.

MATTHEW (V.O.): Bro, you getting this?

A man comes into focus as a reflection in the window in the video.

GIDEON: Is that the kid?

HOTCH: Yeah, that's him.

MATTHEW: Relax, man. There's always fires during rush week.

On the screen, MATTHEW walks toward the dorm room's door and peers under it.

MATTHEW: Yeah, but that's pretty big.

STUDENT: What building is that?

MATTHEW: Dude, over here. Check this out.

There is a puddle of liquid beneath the door.

STUDENT: What is it?

MATTHEW: I don't know, but it's coming underneath the door.

STUDENT: Is someone in the hallway?

The door knob turns.

MATTHEW: Hey, someone's trying to get in.

A liquid splashes under the door, into the room.

STUDENT: Hey, man, you should get in there.

MATTHEW: Oh, my god! It smells like gas.

The liquid on the floor is set alight, and MATTHEW catches fire.

MATTHEW: Oh, god! God! Oh, my god! Oh, my god!

MATTHEW drops to the floor, and the other STUDENT drops the camera on the ground.

MATTHEW: Aah! Put me out! Oh, my god! Oh, god! Help!

The other STUDENT hits MATTHEW with something, trying to smother the flames.


EXT. PRIVATE PLANE - DAY
A plane is flying above clouds in the sky.

GIDEON (V.O.): Einstein once said: "Imagination is more important than knowledge. Knowledge is limited. Imagination encircles the world."

INT. PRIVATE PLANE - DAY
MORGAN is typing on his laptop. REID is playing chess. ELLE and HOTCH are sitting. GIDEON is reading files.

REID: There are 2 common stressors for a serial arsonist.

ELLE: Loss of job, loss of love.

MORGAN: When was the first fire set?

HOTCH reads from a file.

HOTCH: March. Uh, the next one was in May, and the third one wasn't 'til September. Then 2 weeks later there were 3 in one night.

MORGAN highlights the dates in a calendar on his laptop.

GIDEON: He's speeding up. Fires are closer together.

MORGAN: Hey, Reid, you got a statistic on arsonists?

REID: 82% are white males between 17 and 27. Female arsonists are far less likely, their motive typically being revenge.

MORGAN: Sounds like our boy's a student.

GIDEON: Don't be so sure. You rely too much on precedent, you never allow for the unexpected. If he went from setting one fire to 3 in 2 weeks' time...

HOTCH: Rapid escalation.

GIDEON: He's gone from the power to damage a building to something far more satisfying. The power over life and death. Who we talking to first?

HOTCH: Dean of Students, Ellen Turner.

MORGAN picks up a college prospectus and looks at a picture of a building.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
Students are walking over campus. The B.A.U. exit from two black S.U.V.s: GIDEON, MORGAN and ELLE in one.

GIDEON: No badges. I don't want to satisfy the unsub's need for attention by letting him know he got the F.B.I. here. Try not to look official.

GIDEON looks at the team, ELLE, HOTCH and MORGAN are wearing neat suits with sunglasses. REID is wearing a short-sleeved plaid shirt.

GIDEON: Try to look less official.

GIDEON walks through a glass door, letting it swing shut behind him.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
The B.A.U. team are walking across campus with Dean TURNER and Fire Inspector ZHANG.

TURNER: Obviously, I'd rather be meeting you under different circumstances. This is Fire Inspector Zhang.

ZHANG: This morning the chemistry department reported several bottles of highly flammable chemicals missing.

TURNER: I'm prepared to evacuate this campus.

GIDEON and HOTCH hold open two doors for TURNER. The doors swing shut once everyone has walked through.

TURNER: Thank you.

HOTCH: That brings with it its own problems.

GIDEON: You might evacuate the arsonist as well.

ELLE: Then the case goes unsolved, the campus is reopened, but the fires start up again.

MORGAN: Hotch, Gideon, hold on a second.

Everyone stops talking.

MORGAN: You said the chemicals were missing today.

ZHANG: Uh-huh.

MORGAN: It says here that one of the previous fires was set with diesel fuel that disappeared from the grounds keeping facility. How long after it disappeared was the fire set?

TURNER: One day.

HOTCH and GIDEON look at each other and walk away together.

GIDEON: If he's holding to a pattern...

HOTCH: who's to say the next fire won't be today?


INT. MATTHEW'S DORM ROOM - NIGHT
Police tape over the door is pulled aside by REID. He's followed by HOTCH.

HOTCH: Door was locked.

REID: Matthew Rowland and his roommate watched as the doorknob turned against the lock.

HOTCH: But the unsub couldn't get in.

REID: So he pours the accelerant into the room from the hallway.

HOTCH: Which means he couldn't see the fire.

REID: But he could hear Matthew Rowland screaming.

HOTCH: Yeah, but not for long. He would have left quickly.

REID: Yeah, to avoid being spotted.

HOTCH: It doesn't make sense.

REID: Pyromania as a mental disorder may just be a simple myth, but we do know from precedent that serial arsonists derive pleasure from pathological fire-setting.

HOTCH: Sex and power.

REID: But a serial arsonist wouldn't just set a fire and walk away.

HOTCH: He needs to experience it.

REID: So why would he set a fire he couldn't watch?


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
The team and TURNER watch as ZHANG opens a box and inside are burnt ignition devices.

ZHANG: He turned the water off just before the fire. The last 3 were set with these. 2 devices, simultaneous ignition.

GIDEON: There was no device used on Matthew Rowland. Unsub set that one manually?

MORGAN: He wanted to be there to enjoy the kid's death.

HOTCH: Not necessarily.

ELLE: Well, if the target was Matthew Rowland, then why set the other 2 fires?

REID: The motives for arson are relatively simple. There's vandalism, crime concealment, political statement... Profit--

HOTCH: And revenge.

ZHANG: We interviewed Matthew Rowland's roommate. He said Matthew was very well-liked.  No reason for revenge.

TURNER: What about vandalism?

ELLE: No. The fires are too sophisticated, and if he's trying to make a political statement, he's not being too clear about it.

GIDEON: There's an underlying strategy in this case. Matthew, firefighters, injured victims. To the unsub, they're not people. They're...

HOTCH: They're objects.

GIDEON: More like, uh...

GIDEON picks up one of the devices to examine it.

REID: Chess pieces.

GIDEON: Exactly.

GIDEON throws the device back in the box.


EXT. MATTHEW'S DORM - DAY
MORGAN is standing on the connecting balcony outside.

MORGAN: All right... I want to set a dormitory fire. Where would I start?

MORGAN looks up at the balconies and down to the ground floor.

MORGAN: In the basement. The upper levels would be fuel. Then why did I start on the third floor?

MORGAN flashes back to the video. The fire in the opposite building, then MATTHEW falling to the floor, on fire.

MATTHEW: Oh, god! Oh, god!

MORGAN: Because it wasn't the building I wanted to set on fire.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
ELLE is drinking coffee, sitting across from REID.

ELLE: The timer sets the road flare, which then lights the chemical mixture inside the canister. Simple.

REID: Yet sophisticated in its simplicity. I mean, there's a meticulous construction to it.

ELLE stands up with her coffee mug and walks away from REID, toward the bank of monitors they have set up.

ELLE: Chemical accelerant could mean chemistry student.

REID: Could also mean chemistry professor.

ELLE: Mmm, I say student. You need self-confidence to lecture in front of a classroom full of 30 college kids. Arsonists are socially incompetent.

REID examines with an electronic device.

ELLE: This guy doesn't go on dates. He doesn't go to parties. He doesn't feel comfortable in front of groups.

REID looks up at ELLE.

ELLE: And, of course, he's a total psychopath.

REID nods.

REID: Course.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON and TURNER are walking away from a building toward another.

TURNER: You think we'll get a lead from the hotline?

GIDEON: No.

TURNER: If you don't mind my asking, why then did you set up the number?

GIDEON: Well, serial arsonists enjoy manipulating authorities. They like to communicate, explain themselves. I'm not waiting to hear from a tipster or witness.

TURNER: You're waiting to hear from him.

GIDEON: Yeah.

GIDEON watches a student light a cigarette and flashes back to a burning building, a burning person, and a large explosion.


INT. WALLACE'S OFFICE - DAY
Professor WALLACE enters his office, talking to a FEMALE STUDENT off screen.

WALLACE: All right, office hours. I have my own homework to do.

FEMALE STUDENT: Thank you, Professor Wallace.

WALLACE: No problem.

WALLACE shakes his head and shuts his door. He smells something. He looks to a door opposite the one he entered and there is a puddle on the floor in front of it.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON looks from the smoking student to one trying to drink from the water fountain. No water comes out. She leaves.

TURNER: We don't want a stampede on our hands because the exits out of the campus block so quickly. Now, we have staging areas, and we must utilize every possible...

GIDEON is looking underneath the water fountain.

TURNER: Agent Gideon?


INT. WALLACE'S OFFICE - DAY
WALLACE opens the door and we see it's a closet with a lightbulb. The lightbulb has powder inside it. WALLACE is standing in the puddle of liquid.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON is still looking under the water fountain. He flashes on fires being fought by firefighters with water from hoses and helicopters. GIDEON looks up at the water sprinklers on the roof.

TURNER: Agent Gideon. Agent Gideon?

GIDEON walks to the opposite wall and pulls the fire alarm.

GIDEON: Everybody out of the building! Go!

GIDEON starts walking toward the nearest exit. TURNER remains in place.

TURNER: What is it?

GIDEON opens a door and students start running through it. GIDEON runs through it.

GIDEON: Look out! Clear the whole building! Clear it! Now!


INT. WALLACE'S OFFICE - DAY
WALLACE flicks the light switch and something inside the lightbulb ignites.

WALLACE: Aah!

WALLACE's face burns.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON is running through another door, in the opposite direction the students evacuating are taking. The alarm blares.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
Smoke is bursting from a building and the fire alarm blares. Sirens sound.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
MORGAN and ELLE are walking down the stairs. They see the building on fire.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON runs through a smoky hallway.

GIDEON: Come on!

WALLACE: Help me! Help me!

GIDEON smashes open a case holding a fire extinguisher. He removes the fire extinguisher and heads toward the screams.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
A police car with its lights and sirens on drives in.


INT. WALLACE'S OFFICE - DAY
GIDEON smashes through the window with the fire extinguisher.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
MORGAN runs toward the burning building, outstripping ELLE.

MORGAN: Move! Move! Get out of the way!


INT. WALLACE'S OFFICE - DAY
GIDEON is using the fire extinguisher on the flames in front of him. WALLACE is lying on his desk, burnt, not moving.

MORGAN pulls GIDEON away from the window. GIDEON struggles against him.

MORGAN: Gideon! Get out of there! Get out of there!

GIDEON: Let go!

MORGAN: It ain't worth it!

GIDEON: Wait, Morgan! There's somebody in there!


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
HOTCH is running toward the burning building.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
MORGAN pulls GIDEON down the external fire escape.

MORGAN: Come on, Gideon, move! Move! Keep moving, Gideon!

An ambulance pulls up at the base of the building.

GIDEON breaks out of MORGAN's grasp on the stairs.

GIDEON: Get off of me! There was a teacher!

MORGAN: Let it go! He's already dead. Let it go.

MORGAN coughs into his hand.

ELLE arrives next to the ambulance. REID comes from the opposite direction. HOTCH is standing by the police car.

HOTCH: He might be here watching.

ELLE: Yeah.

HOTCH: Take pictures-- as many as you can.

ELLE: You got it.

ELLE looks up at the building, then begins taking pictures of the male students watching the fire.


INT. TURNER'S OFFICE - NIGHT
GIDEON is talking to TURNER, sitting on opposite sides of her desk.

GIDEON: The professor's name was Wallace?

TURNER: It's a terrible loss. He was one of those teachers. Um... he knew how to make a difference.

ELLE approaches the open door.

ELLE: Gideon, we've got police and security interviewing everyone in that building.

GIDEON: How long will it take to finish evacuating the campus?

TURNER: This is a college of 10,000 students and faculty.

ELLE: Well, there's another problem with evacuating.

GIDEON: You mean, we might accelerate the unsub's timeline.

ELLE nods.

GIDEON: Let's round everybody up.

ELLE and GIDEON leave together.

A student walks in.

STUDENT: Dean Turner?

TURNER sips from her coffee mug.

STUDENT: Hi, I'm Jeremy. I'm one of the research assistants at the science department.

TURNER nods.

JEREMY: We were talking, and, uh, we'd like to help.

TURNER: The best thing you can do right now is just stay--

JEREMY: we know how he did it.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
The team are looking at the photographs ELLE took.

MORGAN: We've been at this all night, and we've got nothin'.

MORGAN picks up a photo and sets it down again.

MORGAN: Look at these expressions. We got fear, a touch of horror, even a little bit of panic. Where's the guy gettin' off?

MORGAN walks toward REID sitting at a desk.

REID: When asked about his motives, Peter Dinsdale said, "I am devoted to fire. Fire is my master."

MORGAN imagines students walking across the campus.

MORGAN: OK, so who was our boy's master? 10,000 plus students...

MORGAN ignites an orange plastic lighter with his right hand. He imagines one of those students looking back at him.

MORGAN: And one has a serious fascination with fire.

MORGAN extinguishes the flame.

ELLE: Fire starting is one third of the homicidal triad... an early predictor of adult disassociative criminal behavior. If we looked in his childhood, we'd probably find all three. Bedwetting... and cruelty to animals.

GIDEON: Absent or abusive father, trouble with the opposite sex, chronic low self-esteem-- M.O. Would be dynamic. Evolving. Fire setting escalates, they thrive on panic, fear. It's just the standard profile of a serial arsonist.

REID: Based on hundreds of interviews.

MORGAN: Based on precedent.

ELLE: Everything the unsub should be, according to research.

HOTCH: We're off the mark.

GIDEON: Because of the two missing elements.

MORGAN: Sex and power-- the two motives that drive a serial arsonist.

GIDEON: And without 'em, we do not have a profile.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
GIDEON walks down the stairs away from a building. A student on a bicycle rides toward him and stops.

CAMPUS PATROLLER: Whoa! Hey! Uh, sorry. I didn't mean to scare you. I'm just, um, I'm campus patrol. I'm supposed to ask for your I.D.

GIDEON walks toward him.

GIDEON: Sure, sure.

GIDEON slips his badge wallet out of his pocket and shows it to the CAMPUS PATROLLER, who takes it and examines it more closely.

CAMPUS PATROLLER: You're one of those F.B.I. guys.

The CAMPUS PATROLLER flicks the wallet. GIDEON smiles.

CAMPUS PATROLLER: Um, like a profiler, right?

GIDEON nods.

CAMPUS PATROLLER: Like, one look at a crime scene, you can tell what kind of shampoo a killer uses?

GIDEON: You sound skeptical.

CAMPUS PATROLLER: Uh, maybe a little.

The CAMPUS PATROLLER fiddles with the necklace around his neck.

GIDEON: Your girlfriend thinks you're gonna break up with her.

The smile drops off the CAMPUS PATROLLER's face.

CAMPUS PATROLLER: You're kidding, right?

GIDEON: Well, you keep adjusting your necklace. That tells me you're not used to wearing one or somebody else probably bought it for you, bought it recently, and the Chinese symbol on it means "Forever yours". Take care of yourself, all right?

GIDEON walks away.


INT. CHEMISTRY LAB - NIGHT
Students (three female and JEREMY) are using pipettes and other scientific equipment. HOTCH approaches REID who is fiddling with a lightbulb.

HOTCH: Reid. Since you're more their age, why don't you do the talking?

HOTCH walks away. REID walks closer to the students as he speaks, toward HOTCH and ZHANG.

REID: Ahem. Hi-- hi, guys. Uh, my name's, uh, Dr. Spencer Reid. I'm a, uh, agent with the-- the B.A.U., the Behavioral Analysis Unit of the F.B.I., which, um, it used to be called the B.S.U., the Behavioral Science Unit, but not anymore. They changed it to the B.A.U. Um, it's part of the N.C.A.V.C., the National Center for the Analysis of Violent Crime which is also part of this thing called the C.I.R.G., the Critical Incident Response Group, and--

HOTCH: What he's trying to say is we'd love to know how you can help us.

JEREMY stands up and gestures to the lightbulb REID is holding.

JEREMY: May I, please? Thank you.

JEREMY holds up the lightbulb, showing it to HOTCH.

JEREMY: See this? Drill a hole in the side, fill it with gasoline or whatever's good and flammable. Turn the light on. Boom. That is what went down, didn't it?

FEMALE STUDENT #1: The stuff's all over the net. Wanna know how to make a molotov cocktail that sets itself on fire? Potassium, sulfur... and normal sugar. Sugar-- sugar, which is--

JEREMY: Not exactly plutonium. You could get this stuff anywhere.

FEMALE STUDENT #1: Sugar from the supermarket.

HOTCH: But you don't need to be a chem major to know that.

ZHANG: Do you think it's a chem student?

JEREMY: You wanna know what I think? I think...

JEREMY holds the lightbulb in front of his head.

JEREMY: It would be a good time to take the semester off.

JEREMY hands the lightbulb back to SPENCER.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
JEREMY inserts a key into the elevator control panel.

JEREMY: Hold on. You need a key to get it movin' after 10:00 P.M.

HOTCH: So what are you still doin' here?

JEREMY: I came in to work on other projects. You know how to solve the 3 body problem?

REID nods, behind JEREMY's back.

JEREMY: Computing the mutual gravitational interaction between the earth, sun and moon?


INT. GARCIA'S OFFICE - NIGHT
J.J. enters the room and shuts the door behind her, speaking on her phone.

J.J.: Do you have any idea how many people called me today with absolute certainty that our arsonist is a firefighter? Like, yeah, I saw Backdraft. Uh, let me call you right back.

J.J. leans over GARCIA's shoulder to look at her screen.

GARCIA: This came into the hotline about 5 minutes ago.

GARCIA hits some keys on her keyboard.

MAN (recorded): You've reached the F.B.I. tip hotline for the Bradshaw College fires.

The recording beeps.

CALLER (distorted): Kar-on. I do this for Kar-on.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
The recording appears as a waveform on a monitor. The team are all listening.

RECORDING: Karen. I do this for Karen.

GIDEON: Play it again.

MORGAN: The call came from the office right next to Wallace's 5 minutes before the fire was started.

GIDEON: Play it again.

RECORDING: Karen. I do this for Karen.

GIDEON: Again, louder.

MORGAN turns the speaker to face GIDEON and hits a key on his keyboard.

RECORDING: Karen. I do this for Karen.

HOTCH: What is it?

GIDEON: I'm not sure. Somethin' about it.

HOTCH: Is this tape clean?


INT. GARCIA'S OFFICE - DAY
MORGAN is on one of GARCIA'S screens. They are having a video conversation.

GARCIA: I can put it through some audio filters.

MORGAN: Look, we need as close to the real voice as you can get, and anything that might be in the background. Can you do it?

GARCIA: OK, you know how on Star Trek when Captain Kirk asks McCoy to do something totally impossible, and McCoy says, "Damn it, Jim, I'm a doctor, not a miracle worker?"

MORGAN: Hey, what are you tellin' me, not to expect a miracle?

GARCIA: No, I'm saying I'm not a doctor.

MORGAN: That's my girl.

GARCIA and MORGAN laugh.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
TURNER is collecting printed sheets from a printer.

TURNER: These are all the women on campus with the first name Karen.

TURNER sets the print-outs on a table. ELLE picks them up.

ELLE: A lot of Karens. Hmm.

MORGAN takes half the pictures.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON is walking on grass. REID is sitting at the base of a tree.

REID: What if the unsub is one of the students leaving?

GIDEON: No, he's not done yet. He's not goin' anywhere. Keep thinkin'.

REID: You mean, out-- outside the box?  That's what Morgan's always telling me. He says that's why I can never beat you at chess.

GIDEON: Well, he's probably right.

REID: But, I mean, in this situation, what exactly is the box?

GIDEON: The standard profile of a serial arsonist. If everything you know goes in the box, what's left?

REID: What you don't know. The unknown.

GIDEON: Sometimes you have to get creative. Even if you think it's utterly unlikely, you have to think of things nobody else thought of.

REID: Like a stutter.

GIDEON: Yeah, exactly.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
ELLE escorts a woman out of the room. There is a line of women waiting outside.

ELLE: Thank you, Karen.

ELLE shuts the door.

ELLE: Karen number 7.

MORGAN: You know,there's gotta be a faster way to do this. How 'bout we just change the first question to "Have you recently dated a homicidal pyromaniac?"

ELLE: Speaking of questions, you figured out yet why the Footpath Killer stuttered?

MORGAN: Nope. You?

ELLE: I know that embarrassment makes a stutter worse, and that when you're flustered, it's more difficult to control the articulatory musculature of the face.

MORGAN: You sound like Reid.

ELLE: You did not just say that.

MORGAN: Obviously, somebody's been doin' their homework.

ELLE: I still have no idea what causes a stutter.

ELLE opens the door and lets in the next woman.

ELLE: Karen. Number 8.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
GIDEON is looking at the projects on the wall of the chemistry lab. One is on the three body problem.

The CAMPUS PATROLLER opens the door. GIDEON turns to face him.

CAMPUS PATROLLER: Hey. I didn't scare you again, did I?  Um, sorry. This is one of the buildings on my patrol.

GIDEON: Just lookin' at the board. The 3 body problem. You know what it means?

CAMPUS PATROLLER: Uh, no. No idea.

GIDEON: It's physics. It's one of the great mathematical mysteries. You broke up with her. No more necklace.

CAMPUS PATROLLER: Yeah, I kinda wanna date someone else.

GIDEON: What's her name?

CAMPUS PATROLLER: Brian.

GIDEON: Oh. Well, that's, uh... that's a pretty good reason. Did she take it all right?

CAMPUS PATROLLER: Yeah. Yeah, other than telling me that homosexuality's a sin, and that I'm going to incur the wrath of God.

GIDEON: Ha. The wrath of God.

GIDEON walks away from the CAMPUS PATROLLER and quickly breaks into a run.


INT. GARCIA'S OFFICE - DAY
GARCIA sits in front of her monitors. One of them is a fingerprint. She is again teleconferencing with MORGAN.

GARCIA: OK, gorgeous, I've put this thing through every audio filter I've got. There's only one thing I can tell you for sure. This guy isn't saying "Karen." It's more like "karone."

MORGAN: Garcia, what the hell is karone?

GARCIA: If I figure it out, does it earn me a night of passionate lovemaking?

MORGAN: Most definitely, sweetness... with Reid.

GARCIA and MORGAN laugh.

MORGAN: Oh. Bye.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
MORGAN removes his headset. REID is standing on the opposite side of the room.

MORGAN: Hey, Reid.. Garcia says it's not "Karen". It's actually somethin' more like--

GIDEON rushes into the room and stares at the board.

GIDEON: Charown.

REID: Charown?

GIDEON: Charown. I do it because of charown.

REID: That's Hebrew.

GIDEON: It's God's word in anger.

REID: Yeah.

ELLE walks in carrying food in plastic containers.

ELLE: The motive is now religious?

REID: Well, you know, in a lot of religions, god is related to fire.

HOTCH: Well, Brahman is fire in Hinduism, and the Jews see God as a pillar of fire, and Christians worship God as a consuming fire.

MORGAN: OK, so we're lookin' for a theology major.

ELLE throws REID a container of food. He catches it and stares at it.

MORGAN: Maybe he's punishing the other students for their sins.

REID: I don't want this.

REID sets the container down.

ELLE: What-- what's the most sinful place on campus?

MORGAN: Come on, Elle. When I was in college, that was everywhere.

HOTCH: A fraternity?

ELLE: A campus bar?

HOTCH: No, 'cause that's not consistent with the previous targets.

MORGAN: What about the idea of baptism by fire? Aren't we all supposed to be tested through fire in Revelations?

GIDEON has been writing on a white board and he looks up.

GIDEON: Look, it's good, it's good, but let's please do not jump to conclusions. Religion might be a part of it, but it's not necessarily the prime compulsion.

MORGAN: Gideon, rush to conclusions, jump to conclusions. Who cares?

ELLE: We are running out of time.

REID: Compulsion.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
REID is rewatching the recording of Matthew Rowland's death.

MATTHEW: Oh, my god. It smells like gas. Oh! Oh, god! Oh, my god! Help! Oh, my god! Oh, my god! Aah!

STUDENT: Hold on, man!

REID hits a key on his keyboard. REID shifts in his chair. REID rewinds and rewatches. REID gets up and walks over to the white board GIDEON was writing on earlier.

REID: Outside the box.

REID erases the board.

GIDEON peers through the door into the room and watches REID circle the word 'Fire', the only thing he didn't erase.

GIDEON opens the door and sticks his head in.

GIDEON: Keep thinkin'. It's like chess. Don't look at just the next move. Try to look 3 moves ahead.

GIDEON goes away and shuts the door behind him.

REID watches the video again. Rewinding and replaying the part where MATTHEW goes toward the door and spots the fluid under the door.

REID pauses, then zooms in on the doorknob. He presses play and it turns three times.

REID: Three times


INT. WALLACE'S OFFICE - NIGHT
REID walks over to Wallace's office door and smudges away the soot so that he can read the sign. It is room number 3.


INT. MATTHEW'S DORM ROOM - NIGHT
REID walks over to Matthew's desk and starts looking for something. He picks up a binder with a schedule on the cover.

REID: "Professor Wallace. Tuesday, 3:00."


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
REID enters the room where GIDEON and HOTCH are looking at files.

REID: I know why the profiles never fit. You were right to tell Morgan not to rely on precedent. The fires thus far have been completely task oriented.

HOTCH: So once they're set, the unsub is done?

REID: Exactly. The unsub is not a classical serial arsonist. He's someone who uses fire because of a completely different disorder.

GIDEON: Which is?

REID: An extreme manifestation of O.C.D., Obsessive Compulsive Disorder. He does everything in 3s,

A feminine looking hand with a string bracelet puts three bottles into a bag.

REID (V.O.): And if I'm right, he'll have to kill again.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
REID is sitting in front of a computer displaying Matthew Roland looking at the door.

REID: There's a form of O.C.D. called Scrupulosity.

GIDEON: Religious obsession and compulsion.

REID: An obsessive fear of committing sin, which creates so much anxiety that he's compelled to do something to ease that anxiety.

HOTCH: Like setting fires.

GIDEON: Where's the behavioral evidence?

REID: Right here.

REID presses the keyboard.

REID: All right. Remember the night of the three fires? We saw the doorknob turning against the lock.

REID plays the zoomed-in footage of the knob turning.

REID: But he's not trying to get in. He's compelled to turn the doorknob 3 times.

GIDEON: Well, what about the fires? The first ones were single fires. If the unsub was O.C.D., shouldn't they have all been in threes?

REID: They were in threes. A trinity of threes. The first fire occurred on March 3rd.

GIDEON: 3:00 P.M. Third day, third month.

REID: It's that convergence of 3s that causes the overwhelming anxiety. Obsessive compulsives ease the anxiety by performing the compulsion.

HOTCH: What about the other fires? Professor Wallace?

REID: Office number 3. I checked for more patterns of threes. His class was on Tuesdays.

HOTCH: Third day of the week.

REID: Matthew Rowland was in that class. It was his third class of the day. If we looked into each of the fires we'd find a lot of patterns having to do with threes because our minds are incredibly adept at seeking out patterns. But to the unsub, once that pattern hits--

REID clicks his fingers.

REID: Bam-- he sets a fire.

HOTCH: But if the target was always people, why did no one die in the first few fires?

REID: They were failures. Up until Matthew Rowland.

GIDEON looks at HOTCH, who is staring out the window.

GIDEON: What is it?

HOTCH: I think I know who it might be.And it's not a he. It's a she.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
TURNER is sitting with ZHANG. There is pizza in front of them. She is talking on speaker.

TURNER: Clara Hayes. A chemistry student. I'll get you her records now.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
GIDEON is holding his cell phone and talking to TURNER.

GIDEON: First get campus security out and find her. She could set her next fire within hours.


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
MORGAN is walking down some stairs, holding his cell phone. He is followed by ELLE and a SECURITY GUARD.

MORGAN: OK, got it. Her apartment's off campus.

ELLE: But how is he sure it's this girl?


INT. BRADSHAW COLLEGE - DAY
HOTCH is sitting and talking to REID and GIDEON.

HOTCH: When I was talking to her and her classmates, I noticed something-- a ring on her finger. And she kept turning it.

REID: At intervals?

HOTCH: Of three. And she counted off the ingredients of a light bulb bomb.

They flash back to the FEMALE STUDENT speaking in the chemistry lab.

CLARA: Potassium, sulfur, and normal sugar. Sugar.

REID: And the word "sugar."

HOTCH: Yeah. And she kept repeating it. Once she started,she couldn't stop.

REID: Yeah, it's palilia. It's the involuntary repetition of words. Howard Hughes had it when his O.C.D. worsened.

HOTCH: Clara and her classmates were working on a project about gravitational pull.

GIDEON: The three body problem.


INT. CLARA'S APARTMENT - NIGHT
The SECURITY GUARD walks into the apartment first, gun drawn. It's apartment number 7. ELLE and MORGAN wait in the doorway. The walls are covered in pictures and writing. The word 'Fire' is repeated.

SECURITY GUARD: No one in here.

MORGAN and ELLE walk into the room.

MORGAN: Oh, you gotta be kidding me. O.C.D.? I'm thinking more like O.M.G.

ELLE: O.M.G.?

MORGAN: Oh, my god.

ELLE reads a passage from the wall.

ELLE: "A fire is kindled in my anger, and shall burn into the lowest hell." Deuteronomy.

MORGAN: "And again the fire of heaven came down and killed them all."

ELLE: "I do this for Charon." That's Charon.

ELLE points at a printed picture of a man on a boat.

ELLE: That's the Greek mythological ferryman of the dead.

MORGAN: It's also the name of Pluto's only moon. Paradise Lost. "Moloch, horrid king, besmeared with blood of human sacrifice and parents' tears."


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
REID is on the phone. Still with GIDEON and HOTCH.

REID: Moloch was the demon sun god of the Canaanites. In order to keep from incurring his wrath, the people would sacrifice their children to him by burning them alive.

HOTCH lifts a page from the printer.

HOTCH: 16-year-old survives inferno. The mother Ellen Hayes called it a miracle. "My daughter was tested by God. He tested my child and she came through blessed." Look at the house number.

HOTCH shows the copied article to GIDEON. It has a picture of a fence marked "333".

GIDEON: 333.


INT. CLARA'S APARTMENT - NIGHT
ELLE walks toward MORGAN.

ELLE: Hey, Morgan, you know what magical thinking is?

MORGAN: Obsessive thoughts. It's like a superstition. It controls them.

ELLE: Kinda like step on a crack, break your mother's back.

MORGAN: Except she actually believes it.

ELLE continues looking at things on the walls.

ELLE: God tested her with fire, and now when three 3s-- three 3s show up around another person...

MORGAN lifts a bottle of a bluish liquid.

MORGAN: God tells her to test them.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
TURNER is now sitting with GIDEON, REID and HOTCH.

TURNER: Security's checking the science building.

GIDEON: Well, where else would she be?

REID: We need to find the next pattern of 3s.


INT. CLARA'S APARTMENT - NIGHT
ELLE looks at a candle, and a book with a lot of black and white photos in it. MORGAN is on the phone with HOTCH.

MORGAN: Hey, Hotch... we're lookin', man. I don't think she would have left behind a day planner that says "set next fire here" written in it.

ELLE looks behind the beaded curtain.

MORGAN: I under-- wait 'til you see this place.

ELLE: Uh, Morgan?

MORGAN: I'll call you back.

MORGAN shuts his phone and walks toward where ELLE is standing. There are a lot of jars with different liquids inside them, sitting on the shelves.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
HOTCH is on his cell phone with MORGAN.

MORGAN (V.O.): There must be 30 homemade bombs in here.

HOTCH: Morgan, seal the building get everybody out of there and walk away.

GIDEON: We need to send our people into every building and have them start pulling fire alarms. Please, go.

The SECURITY GUARDS in the room exit.

GIDEON: Mead, a map of the campus. We need to find anything and everything having to do with the number 3. Where's the blueprint?


INT. CHEMISTRY BUILDING - NIGHT
JEREMY is on his cell phone, walking down a corridor, with the other two FEMALE STUDENTS.

JEREMY: Hell no, I'm not leaving. I have too much to do. All right. I bought one of those mini halon fire extinguishers. They started selling them at the bookstore. It's pretty morbid, right? Hey, I'm about to get into an elevator, so I'll probably lose you. All right, bye-bye.

JEREMY hangs up his phone and they arrive at the elevator door.

The elevator door opens and the three of them walk in. JEREMY presses a button and the door closes.


INT. CHEMISTRY BUILDING - NIGHT
SOMEONE is holding a lighter flame beside a panel of lights, tracking the elevator's progress up the floors. When it gets to 3, the key is turned to stop the elevator. The flame is extinguished.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
The lights flash in the elevator and an alarm sounds.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
A SECURITY GUARD pulls the fire alarm. STUDENTS begin evacuating the building.

Another SECURITY GUARD runs down a corridor.

FEMALE SECURITY GUARD (V.O.): You got the science building?

MALE SECURITY GUARD (V.O.): All the corridors and stairwells are clear. The elevator closet's checked. No elevators are in service.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
FEMALE STUDENT #2 presses a button on the control panel.

JEREMY: It's not gonna start.

FEMALE STUDENT #2: Don't you have the key?

JEREMY: I put it back on the hook in the office.

FEMALE STUDENT #3: Aren't you supposed to be able to hear the emergency call button?

FEMALE STUDENT #2: Maybe it's broken.

JEREMY presses a different button. He looks up at the lit number three.

JEREMY: Or turned off.

FEMALE STUDENT #2: I say we pry open the doors.

JEREMY: You can't pry 'em all the way open. It's a safety precaution.

FEMALE STUDENT #3: Maybe we can try yelling for help.

They all look up as they hear an alarm.

FEMALE STUDENT #2: That's the fire alarm.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
HOTCH stops GIDEON as he tries to leave the room.

HOTCH: Jason, wait. Wait, wait, wait, wait. Clara Hayes is very likely a good person. Someone who never wanted to do anyone any harm, like any other rational person. But there's nothing rational about Obsessive Compulsive Disorder.

REID: Research suggests O.C.D. involves problems in communication between the frontal of the brain and the orbital cortex. Plus deeper structures. The basal ganglia.

HOTCH: You can't reason with her because you can't reason with a physiological problem. She's not setting these fires because she wants to, but because she has to.

GIDEON: What are you trying to say?

HOTCH: Don't try to convince her to stop, because you won't be able to.

GIDEON nods.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
JEREMY is trying to pry the elevator doors open with his fingers. It opens about a foot, exposing cement wall. There is a gap about a foot from the ceiling.

FEMALE STUDENT #2: That's it? It won't go any further?

JEREMY: I told you, it's a built-in safety precaution.

FEMALE STUDENT #3: Help! Somebody help us! Hello? Somebody help us!

JEREMY tries to give FEMALE STUDENT #2 a boost, to go through.

CLARA pries the outer elevator doors open with her fingers.

FEMALE STUDENT #3: Please, somebody, we're trapped down here. Somebody help us!

CLARA kneels on the ground and looks down through the small gap at the three students trapped in the elevator.

FEMALE STUDENT #2: Clara!

JEREMY: Clara, thank god.

CLARA: It's all right.

JEREMY: Clara, go back to the office and get the elevator key.

CLARA: It's OK. I'm here to save you.

JEREMY: Go-- go get the key, Clara. The elevator key.

CLARA gets up and walks away.

FEMALE STUDENT #2: Clara! Clara, wait!

JEREMY: The key! Clara! Get the key!

FEMALE STUDENT #2: Is this building on fire?

CLARA comes back and sticks her head through the hole.

CLARA: Not yet.


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
MORGAN is rushing through corridors on level three, holding his cell phone in front of his face. Alarms are still ringing.

MORGAN: It's clear up here. Anything?

ELLE walks along a bridge between two buildings, also holding her cell phone in front of her face.

ELLE: Nothing. No girl, no smoke, no fire.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
The three students are staring through the hole into the rest of the building.

FEMALE STUDENT #2: Where did she go?

JEREMY: Maybe she's getting the key. I don't know.

CLARA stares up at the lightbulb just outside the elevator. She is holding a container in each hand.

FEMALE STUDENT #3: What is she doing?

CLARA kneels down and looks into the elevator.

JEREMY: Someone coming to help?

CLARA: I'm here to help. I'm here to save you. God chose you. Chose you... chose you...

JEREMY: Clara?

CLARA places two bottles in front of the hole.

CLARA: Father, Son...

FEMALE STUDENT #2: Oh, my god! Oh, my god!

CLARA squeezes the third bottle over the students in the elevator.

CLARA: Holy Ghost.

JEREMY: Clara, listen...

The FEMALE STUDENTS scream.

JEREMY: It's gasoline!

CLARA starts squeezing a second bottle.

JEREMY: Stop it, clara! Listen! Oh, god!

CLARA ignites a flare.


EXT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
HOTCH is walking down the long steps.

HOTCH: Security's sure that they've cleared the science building.

TURNER: The guards made sure all floors are empty and no elevators are in service.

HOTCH: Hold on.

HOTCH remembers being in the elevator with JEREMY earlier.

JEREMY: You need a key to get it moving after 10:00 P.M.

HOTCH speeds up.


INT. CHEM LAB ELEVATOR - NIGHT
CLARA is holding the flare like a candle. She seems to be praying.

FEMALE STUDENT #2: Clara? Clara?

CLARA: God chose you.

JEREMY: Put it down, clara!


INT. BRADSHAW COLLEGE - NIGHT
REID is on the phone, staring at several monitors.

REID: I'm still looking.

GIDEON (V.O.): Focus on the girl.

REID: She's failing out. This was gonna be her last semester.

GIDEON (V.O.): That's the stressor. What else?

REID: She was a researcher in the science building.

GIDEON (V.O.): We know that. They've already cleared the science building.

REID stands and looks at a map on the wall.

REID: The third floor of the science building is under construction.

GIDEON (V.O.): I'm on my way.


INT. SCIENCE BUILDING - NIGHT
HOTCH runs up the stairs, and sees CLARA holding the flame. We can hear the muffled cries from the students trapped in the elevator.

HOTCH: Clara.

JEREMY (muffled): Clara, you don't have to do this, all right?

CLARA: I have to do this.

HOTCH: You know it's not rational, Clara. You were trying to tell me.

CLARA: God chose me to be tested, and now he's chosen them. If I don't do this, something terrible will happen.

HOTCH: What's gonna happen, Clara? A flood? An earthquake? You know this isn't rational.

CLARA: I know. I know. I know.

HOTCH: Then resist.

CLARA: I can't.

STUDENTS: Clara? Clara, listen to me. Clara, don't.

CLARA: They must be tested. God's wrath...

CLARA brings the flame closer to the elevator. HOTCH reaches for his gun.

GIDEON runs up the building stairs.

HOTCH: Clara, you told me it was a chemistry student. You left the message about Charon. You want to stop.

CLARA brings the flame up and down.

CLARA: Father, Son...

HOTCH: clara...

CLARA: Holy Ghost.

HOTCH: Clara, stop!

GIDEON reaches level three and has his gun drawn.

CLARA: God chose them.

HOTCH shoots CLARA. CLARA drops the flare and it rolls toward the students in the elevator. GIDEON steps on the flare, extinguishing it. GIDEON points his gun at CLARA.

GIDEON: I thought you said not to reason with her.

FEMALE STUDENT #3: Get us out of here.


INT. PRIVATE JET - DAY
ELLE walks down the aisle carrying her bags. GIDEON follows her.

ELLE: You know, I figured it out. The stutter.

ELLE sits down.

GIDEON: You know why the Footpath Killer stuttered?

ELLE: When you and Hotch were talking earlier, that's when I got it. He said he was just trying to stall Clara.

GIDEON: Right.

ELLE: Well, that's it, isn't it? The Footpath Killer.  You were just trying to stall him. You said, "I know why you stutter" because you were buying time. You were stalling. But you don't really know why he stuttered.

GIDEON: I don't?

ELLE: I looked it up. No one does.

GIDEON: There are some theories about a neurological basis.

ELLE: But they're just theories.

ELLE leans forward, resting her elbows on her knees.

ELLE: What really happened in the convenience store?

GIDEON: I'll tell you what I do know about a stutter. I know how to provoke one.

GIDEON turns and is transported back to the gas station.


INT. GAS STATION - DAY
GIDEON has his hands raised and is walking down the corridor. The CLERK walks behind him with his gun pointed at GIDEON's back.

The CLERK points above GIDEON's head and we see GIDEON is standing at a door. There is a key on the door frame.

CLERK: The key.

GIDEON reaches for the key, puts it in the lock, and opens the door. The CLERK follows GIDEON down a couple of stairs. GIDEON stares at a refrigerator with Polaroid pictures of the Clerk's victims. They're all labeled, except for the last.

The CLERK moves around and points his gun at GIDEON's face.

CLERK: Thirteen.

GIDEON: We only found six.

CLERK: Are you impressed?

GIDEON: Yeah. I didn't know you could count. Our profile said you'd be too stupid. We also said you're be a chronic bed-wetter.

The CLERK cocks his gun.

CLERK: You-y-y-yo-Y...

GIDEON: what?

CLERK: Th-th-th-the cam--

GIDEON: I don't know what you're trying to say.

The CLERK looks to his left where a Polaroid camera is sitting on a benchtop.

CLERK: You take th-th cam-- the cam-- the cam--

GIDEON smiles.

GIDEON: I'm sorry, I have no idea what you're trying to say.

CLERK: You take-- you take the cam-- the cam-- the cam--

GIDEON: ay it.

CLERK: The ca--

GIDEON: Say it.

CLERK: The ca-

GIDEON: just spit it out. Just...

CLERK: The cam--

GIDEON uses his distraction and reaches for the gun. They struggle with it. GIDEON uses the gun to knock the CLERK to the floor.

GIDEON: Come on!


INT. PRIVATE JET - DAY
GIDEON is staring at the chess board.

GIDEON (V.O.): Faulkner once said, "Don't bother just to be better than your contemporaries or predecessors. Try to be better than yourself."

REID smiles and clears his throat.

REID: Check in 3.

GIDEON: Not bad.

GIDEON imagines the next three moves.

GIDEON takes the white bishop with his black rook.

GIDEON: Checkmate.

GIDEON starts resetting the board.

GIDEON: Don't worry, you're gettin' there.

Kikavu ?

Au total, 121 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
08.07.2019 vers 17h

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

diana62800 
16.05.2019 vers 02h

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

densi76 
25.02.2019 vers 13h

JessBones 
15.02.2019 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne TF1

Criminal Minds, S14E15 (inédit)
Mercredi 4 septembre à 21:55
2.73m / 15.0% (Part)

Logo de la chaîne TF1

Criminal Minds, S14E10 (inédit)
Mercredi 4 septembre à 21:05
3.20m / 15.0% (Part)

Logo de la chaîne TF1

Criminal Minds, S14E12 (inédit)
Mercredi 28 août à 21:05
3.06m / 15.4% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
FRA | Diffusion TF1 - Mercredi 04 Septembre 2019

FRA | Diffusion TF1 - Mercredi 04 Septembre 2019
Ce soir, TF1 termine la diffusion de la saison 14 de Esprits Criminels avec deux inédits. En effet,...

FRA | Diffusion TF1 - Mercredi 28 Aout 2019

FRA | Diffusion TF1 - Mercredi 28 Aout 2019
Ce soir, TF1 reprend la diffusion de la saison 14 de Esprits Criminels avec un inédit. En effet, la...

Paget Brewster jouera la guest-star dans la comédie Mom !

Paget Brewster jouera la guest-star dans la comédie Mom !
Paget Brewster a annoncé qu'elle apparaitra en tant que guest-star dans la septième saison de la...

Nouveau sondage sur le quartier !

Nouveau sondage sur le quartier !
Un nouveau sondage a été mis en ligne sur le quartier, celui-ci vous propose d'élire la meilleure...

Un film de Jennifer Love Hewitt adapté en série par Amazon !

Un film de Jennifer Love Hewitt adapté en série par Amazon !
Peu d'éléments sont pour le moment connus, mais Amazon travaille sur une adaptation des films I Know...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

CastleBeck, Aujourd'hui à 10:07

N'oubliez pas de voter pour les Awards This Is Us. Il y a 10 catégories en vote présentement. Merci et bon dimanche.

mnoandco, Aujourd'hui à 17:35

Dernières hueres pour voter aux Blacklsit Redemption HypnoAwards ....direction le quartier Blacklist si vous avez vu le spin off

mnoandco, Aujourd'hui à 17:35

de cette série . Merci d'avance

mnoandco, Aujourd'hui à 17:36

* dernières heures, c'est mieux*

mnoandco, Aujourd'hui à 17:48

Nouvelles photos à départager sur le quartier Blacklist...

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site